Fillon 2017

La réduction de 500.000 du nombre d’agents publics est possible et profitera à tous

François Fillon entend réduire le nombre d’agents publics de 500.000. La gauche et l’extrême-droite agitent le chiffon rouge. Voici sept bonnes raisons pour lesquelles cette réduction est non seulement possible mais souhaitable :

1. Aucun fonctionnaire ne perdra son emploi :

Aucun fonctionnaire ne sera licencié : les fonctionnaires ont un emploi à vie et ils ne le perdront pas. Ce que propose François Fillon, c’est d’augmenter le temps de travail et de ne pas remplacer tous les agents publics partant à la retraite (240.000 par an).

2. Aucun poste de policier, de magistrat, de militaire, ni d’infirmier ne sera supprimé : 

Ces fonctions ne seront pas concernées par la réduction du nombre d’agents publics. Au contraire, François Fillon prévoit d’augmenter les moyens consacrés à la Sécurité, la Défense et la Justice de 12 milliards d’euros.

3. Le chiffre de 500.000 est réaliste :

La France compte 5,6 millions agents publics : une réduction de 500.000 correspond à une baisse de 8,9% des effectifs. Étalé sur cinq ans, cela représente une baisse de moins de 2% par an. Cette réduction ne concernera pas seulement les fonctionnaires titulaires, mais intègrera les agents publics contractuels.
A noter, les effectifs de la fonction publique ont augmenté de 36% entre 1980 et 2008 (deux fois plus vite que le privé).

4. Il n’y aura pas de dégradation de la qualité du service public :

Dans le même temps, les 3 fonctions publiques (Etat, territorial, hospitalière) repasseront aux 39 heures. La qualité du service public ne sera pas affectée.

5. D’autres pays l’ont fait avec succès : 

En moins de 5 ans, David Cameron a réduit les effectifs publics au Royaume-Uni de plus de 500.000 postes : dans le même temps, le chômage est passé de 8.3 à 5.4 % et le Royaume-Uni a retrouvé la croissance. Aujourd’hui au Portugal, 9 départs en retraite sur dix ne sont pas renouvelés.

6. La France compte un nombre de fonctionnaires plus élevé que chez nos voisins :

En France, sur 100 actifs, 23 travaillent dans le secteur public. C’est deux fois plus qu’en Allemagne ou en Suisse.

7. Des avantages pour les fonctionnaires :

En contrepartie de la réduction du nombre de postes, les fonctionnaires pourront bénéficier de deux avantages :

  • une hausse de leur pouvoir d’achat : grâce à l’augmentation du temps de travail à 39h hebdomadaires et l’ouverture d’une négociation sur les perspectives de carrière.
  • remédier aux nombreuses désorganisations causées par le passage à 35h, en particulier à l’hôpital.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette réduction du nombre d’agents publics est de redonner des marges de croissance au pays en réduisant le poids de la dépense publique (de 57% aujourd’hui, à 50% du PIB), qui constitue aujourd’hui l’une des raisons de notre perte de compétitivité. C’est toute notre économie qui profitera de cette mesure, et donc les Français.