Fillon 2017

Politique de la ville

La politique de la ville ne doit pas se résumer à une politique des quartiers: elle doit s’adresser à l’ensemble des territoires en difficultés, urbains comme ruraux pour que tous les Français bénéficient des efforts en matière de développement économique, d’aménagement et de transports, et qu’on ne ressente plus que certains territoires demeurent délaissés, inaccessibles, enclavés. Pour l’emploi comme pour la sécurité, la politique de la ville est un levier majeur qu’il nous faut manier en parallèle des engagements que j’ai pris pour tous les Français, et qui devraient avoir un effet important sur les zones urbaines les plus sensibles comme sur les territoires périurbains et ruraux en difficultés. Je pense bien sûr à mes engagements en faveur de l’emploi, de l’éducation et de la sécurité, qui vont permettre à des milliers de Français de retrouver un travail et ainsi de participer à la mobilité sociale entre tous les territoires.

Je souhaite agir sur les quartiers les plus en difficulté, en poursuivant l’action lancée en 2004 en faveur de la rénovation urbaine. Beaucoup a été fait, mais il ne faut pas négliger la lenteur de ces projets d’urbanisme et le fait que certains territoires en ont été jusqu’à maintenant exclus, faute de moyens et de temps. Je poursuivrai activement cette politique d’aménagement, qui est déterminante pour garantir le bien-être et la sécurité des habitants de ces zones urbaines dont les constructions engendrent parfois le désordre et l’insécurité. Mais disons la vérité : l’argent public ne suffira pas. La rénovation urbaine n’aura d’efficacité durable que si elle s’accompagne d’une lutte bien plus résolue contre l’insécurité, les incivilités, l’irrespect des règles et le communautarisme galopant de certains quartiers. Seule une transmission des règles de base de la vie en commun dès l’école pourra permettre de rendre la tranquillité à ces quartiers.

Je veux également conduire une action spécifique en faveur des centre-bourgs et des territoires périurbains, afin de les rendre plus attractifs et d’agir pour le développement de l’emploi dans ces zones souvent abandonnées.

La politique de la ville doit agir pour que chaque Français se sente connecté au reste du territoire, pour qu’aucune zone ne soit laissée pour compte et pour que chacun ait l’opportunité de travailler et vivre dans un environnement attractif offrant des perspectives d’avenir à ses habitants. Je refuse d’accepter que certains lieux n’aient plus de commerces, plus d’emplois et soient soumis à une insécurité permanente et à un communautarisme préoccupant. Je souhaite que la France soit irriguée partout par des forces vives, grâce aux politiques en faveur de l’éducation, de l’emploi et de la sécurité, mais aussi par des actions ciblées de la politique de la ville, pour rendre les territoires plus sûrs et plus attractifs.

Les propositions
Soutenir les quartiers en difficulté
  • 1
    Poursuivre la rénovation urbaine initiée en 2004, qui a déjà significativement amélioré le visage de nos quartiers, mais en mettant l’accent sur les aménagements urbains (équipements scolaires, commerces et services de proximité, sécurisation d’immeubles par le gardiennage, la vidéoprotection et la résidentialisation).
  • 2
    Maintenir et développer les dispositifs incitatifs à l'implantation d'entreprises et au développement de l'activité économique dans les quartiers de la politique de la ville.
  • 3
    Coordonner les attributions de logements sociaux de manière à réduire la concentration des difficultés, à l’échelle des agglomérations.
  • 4
    Sanctionner les troubles à la tranquillité publique par certains locataires qui rendent la vie impossible au voisinage en résiliant leur bail HLM.
Redynamiser les centres bourg, territoires ruraux et périurbains
  • 5
    Garantir un déploiement du numérique à tous les Français en très haut débit, véritable oxygène pour la ruralité.
  • 6
    Revoir le dimensionnement et l’implantation des maisons de services au public (MSAP) en s’appuyant notamment sur les communautés de communes rurales.
  • 7
    Assurer un bon accès aux soins sur l’ensemble du territoire en développant des incitations à l’installation dans les zones sous dotées.
  • 8
    Mettre en place un programme national d’interventions en faveur de la requalification des centres anciens en mettant notamment en place une défiscalisation spécifique pour la réhabilitation des logements. Cet outil est indispensable pour éviter la désertification et la dégradation des centres-villes des communes, en particulier dans les petites villes et les bourgs ruraux.
  • 9
    Agir concrètement pour la sécurité en mobilisant, dans chaque intercommunalité, des réservistes de la gendarmerie nationale.
  • 10
    Inciter les régions à agir concrètement sur le cadencement des TER afin de faire le lien entre les bassins de vie et les bassins d'emploi.
Développer l’emploi et inciter les salariés et les travailleurs indépendants à s’installer dans ces territoires
  • 11
    Revoir le dispositif et les critères des Zones de Revitalisation Rurale (ZRR) afin de gagner en lisibilité et en efficacité.
  • 12
    Maintenir le « dernier commerce » installé en milieu rural et développer des projets de commerce multiservices avec la Poste, les opérateurs téléphoniques et des acteurs publics et privés.
  • 13
    Bonifier le prêt à taux 0 (PTZ+) pour l’acquisition, dans l’ancien, de leur résidence principale par des salariés ou travailleurs indépendants s’installant dans ces territoires.