Fillon 2017

Politique étrangère

En date du 13 mars 2017

La France porte une voix singulière dans le monde. Par son histoire, sa culture, sa langue, elle a su souvent parler à l’ensemble de l’humanité. Si elle peut irriter parfois, étonner souvent, elle laisse rarement indifférent. Pourtant cette voix s’est faite moins forte ces dernières années, a perdu son originalité diluée dans le grand bain de la mondialisation porteur d’uniformisation. Au cours du mandat qui s’achève, de renoncement en affaiblissement et de médiocrité en initiative hasardeuse, la France est moins entendue et donc moins influente. Je veux restaurer cette influence et assigner à notre pays le rang qui lui revient. Non par un quelconque orgueil national mais parce que c’est ainsi que les autres peuples l’attendent et, souvent, l’admirent. La France, vieux pays imprégné de culture grecque et latine, façonné par ses racines judéo-chrétiennes, regroupant moins de 1% de la population mondiale, n’a aucun droit acquis sur la scène mondiale. Alors que d’autres puissances émergent rapidement en Asie ou ailleurs, chaque jour nous devons montrer au monde notre capacité à l’aider à relever les défis qui se posent à lui.

Nous serons de nouveau écoutés le jour où nous aurons enfin démontré que nous sommes capables de nous réformer. De là découleront, redressement économique, moyens accrus et, enfin, crédibilité et attention de la part de nos partenaires. Avec détermination, je conduirai les réformes trop longtemps différées. Sans elles il n’y aura pas de redressement. Nous devons redevenir un partenaire prévisible, crédible et fiable. Nos partenaires européens comme les autres acteurs mondiaux prêteront à nouveau l’oreille à nos propos lorsqu’ils sauront ce que nous voulons. Ils attendent une France qui défende ses positions et ses intérêts, qui souvent leur montre le chemin et non un pays versatile se laissant conduire au gré des influences ou des émotions.

Les propositions
Refaire de la France une puissance d'équilibre et d'entraînement grâce à une diplomatie indépendante
  • 1
    La France, pays membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, se doit de dialoguer avec tout le monde. Puissance indépendante et d'équilibre, elle doit jouer tout son rôle sur l'ensemble des crises mondiales.
  • 2
    La France sera un allié loyal et indépendant des Etats-Unis. Je jugerai la nouvelle administration américaine sur ses décisions et établirai un dialogue exigeant avec elle.
  • 3
    Je souhaite rétablir le dialogue et des relations de confiance avec la Russie qui doit redevenir un grand partenaire. J'engagerai, avec nos partenaires européens et dans le respect des accords de Minsk, des discussions afin de parvenir à la levée des sanctions contre la Russie qui pénalisent injustement nos agriculteurs et nos entreprises.
  • 4
    Je travaillerai étroitement avec la Chine sur les grands défis de notre temps : changement climatique, lutte contre le terrorisme, régulation du commerce. J'établirai un partenariat stratégique avec Pékin.
  • 5
    Sur le conflit israélo-palestinien, je ferai tout pour faire émerger la solution des deux Etats, dans le respect absolu de la sécurité d'Israël et du droit des Palestiniens à vivre dans un Etat reconnu.
Remettre la défense de nos intérêts au cœur de notre action diplomatique
  • 6
    Afin de retrouver une diplomatie autonome et développer notre capacité à décider seul ce qui est bon pour notre pays, je recentrerai notre politique étrangère sur quelques priorités précisément définies dont les premières seront la défense de nos intérêts et la lutte contre la menace terroriste. A cette fin, je concentrerai notre outil diplomatique sur son cœur de métier, l’analyse politique et l’activité diplomatique et consulaire. Ses méthodes de travail seront modernisées.
  • 7
    Nous devons construire une nouvelle relation avec la Turquie dont la position ne peut être ignorée. La place de la Turquie n'est pas dans l'UE, raison pour laquelle la France doit imaginer un nouveau partenariat avec ce pays stratégique.
  • 8
    L’Iran est une puissance régionale incontournable, à condition qu'elle respecte l'accord nucléaire et joue son rôle de stabilisateur régional.
  • 9
    Le conflit syrien a un impact direct sur nous, notamment en matière sécuritaire et migratoire. La France doit reprendre sa place dans la crise syrienne. Je développerai des contacts avec tous ceux qui luttent contre la menace terroriste, y compris si nécessaire avec les autorités en place. Tout règlement de la crise syrienne doit préserver la sécurité et l’indépendance du Liban.
  • 10
    J'engagerai un dialogue franc avec l'Arabie saoudite et le Qatar, en ce qui concerne plus particulièrement l’appui, direct ou indirect, au fondamentalisme islamique.
  • 11
    Je prolongerai nos actions au Sahel tout en renforçant notre action de formation et de soutien aux armées africaines, afin qu’elles soient encore mieux préparées dans la résolution de leurs conflits.
  • 12
    J’approfondirai la coopération avec les puissances d’Amérique latine et d’Asie, dans le respect de nos intérêts économiques.
L’aide au développement au service de la stabilité et de la sécurité
  • 13
    La politique de développement doit redevenir un axe majeur de la politique étrangère française. L’aide au développement est essentielle pour garantir la stabilité et la sécurité des régions en développement. Je veux mieux valoriser la contribution française, aujourd'hui souvent diluée dans des programmes multilatéraux coûteux.
  • 14
    Je mettrai les instruments de l'aide au développement au service de notre diplomatie et renforcerai leur cohérence avec nos politiques étrangère, sécuritaire et migratoire. Je conditionnerai en particulier l'aide au développement à la coopération des pays d'origine de l'immigration afin qu'ils s'impliquent dans le retour de leurs ressortissants.
  • 15
    Nous concentrerons nos priorités sur quelques secteurs identifiés avec nos partenaires, où les ONG et entreprises françaises ont une expérience reconnue.
Renouer avec le message universel de la France
  • 16
    Je soutiendrai et développerai la francophonie en m'appuyant sur l’inestimable atout que représente le partage de la langue française par près de 300 millions de locuteurs à travers le monde. Dans cet esprit, je veillerai à ce que les 2,5 millions de Français résidant hors du territoire national soient des relais et des vecteurs d'influence.
  • 17
    Je renforcerai les liens si particuliers qui nous unissent aux pays de la rive sud de la Méditerranée, à commencer par le Maroc, l'Algérie et la Tunisie mais également Israël, l'Egypte ou le Liban.
  • 18
    Je construirai une relation sereine et de confiance avec nos amis africains francophones d’abord, mais aussi anglophones et lusophones.
  • 19
    Je serai fidèle à l’engagement de notre pays en faveur du respect du droit international, des Droits de l'Homme et des principes universels de liberté et de dignité de la personne humaine. La défense et la promotion de la liberté d’expression, de la liberté de religion ou de conviction, la protection des minorités religieuses – en particulier les chrétiens d’Orient en faveur desquels je me suis engagé depuis fort longtemps – feront partie de mes priorités.
  • 20
    La lutte contre le réchauffement climatique sera aussi une de mes priorités. Je veillerai à ce que l’accord de Paris sur le climat (COP21) soit mis en œuvre et appliqué par tous et pour tous.