Fillon 2017

Handicap

Le redressement de notre pays doit se faire avec tous et pour tous. Or, notre modèle économique et social actuel n’est pas exemplaire. Il rend difficile le quotidien des familles qui connaissent le handicap plutôt que de les accompagner dans leur parcours de vie. La manière dont nous traitons les personnes les plus vulnérables est révélatrice de notre solidarité nationale et de notre fraternité. Le sujet du handicap doit donc être porté de manière transversale dans l’ensemble des politiques publiques.

Les 10 millions de Français concernés par le handicap attendent du pouvoir politique qu’il remette la France sur le chemin d’une meilleure insertion : éducation, formation, emploi, transports, logement, politiques de compensation, accès à la santé, aux sports, à la culture… Tout est lié. Je donnerai à la France les moyens de ses ambitions.

La loi de février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est une loi fondatrice. Elle doit désormais être mise en œuvre dans toutes ses dimensions. Car si elle est porteuse d’avancées décisives pour que toutes les personnes en situation de handicap participent pleinement à la vie de la cité, d’importants progrès restent à faire dans son application.

Je souhaite mieux prendre en compte le handicap d’origine psychique dans l’ensemble des politiques publiques, autant sur le champ sanitaire que sur l’accompagnement social des personnes concernées et leurs familles. Par ailleurs, il faudra développer des politiques spécifiques concernant en particulier les handicaps visuels, les handicaps auditifs et les handicaps rares.

Je sais les problèmes concrets que rencontrent chaque jour les personnes en situation de handicap et leur famille. Je veux donc personnaliser leur accompagnement, simplifier leurs démarches administratives, mieux répondre à leur besoin d’hébergement, améliorer leur accès quotidien à la santé, et répondre à l’angoisse des familles face au vieillissement de leurs proches en situation de handicap.

Les propositions
Accompagner les personnes et leurs familles
  • 1
    Reconnaître aux parents et aux aidants un droit à la formation sur le handicap via le compte personnel de formation ou le congé individuel de formation et structurer une offre de formation de qualité. Définir et mettre en œuvre un véritable accompagnement des familles au moment de l’annonce d’un handicap. La Haute Autorité de Santé établira un référentiel de bonnes pratiques d’application obligatoire.
  • 2
    Améliorer l’accueil des enfants en situation de handicap, en crèche, à l'école, dans l'enseignement secondaire et supérieur. Une formation initiale et continue sur les handicaps sera proposée à tous les professionnels concernés. Je lancerai un plan de qualification de tous les auxiliaires de vie scolaire. Les liens entre le secteur médico-social et le milieu éducatif seront considérablement renforcés.
  • 3
    Donner un statut légal et fiscal aux aidants familiaux.
  • 4
    Diversifier les solutions de répit pour prévenir l'épuisement. Pour le répit à domicile il faut sortir des expérimentations et passer immédiatement à la mise en œuvre. Pour le répit en établissement, il faut développer des places d'accueil temporaire.
  • 5
    Améliorer le service rendu par les « Maisons Départementales des Personnes Handicapées » en simplifiant les démarches administratives et en créant un outil internet communiquant en temps réel les disponibilités des places au niveau régional pour gommer les effets frontières des départements. Des guichets d’accueil de proximité seront également créés pour assurer un accompagnement réellement individualisé et accélérer les démarches.
Former et insérer durablement dans l’emploi
  • 6
    Permettre à tous les demandeurs d'emplois handicapés d'accéder à une formation adaptée et en adéquation avec les besoins des territoires.
  • 7
    Encourager les jeunes en situation de handicap à poursuivre des études supérieures en développant les conventions multipartites sous l'égide de l’Etat, et développer la formation en alternance des personnes en situation de handicap
  • 8
    Encourager le développement des entreprises adaptées, simplifier les démarches d'embauche et accroître le nombre de postes. Inciter les entreprises adaptées à devenir de véritables tremplins pour les jeunes en situation de handicap vers l'emploi adapté ou non.
Donner pleinement accès à la vie sociale
  • 9
    Garantir la mise en œuvre effective de l'accessibilité fixée par la loi. Tout espace public doit être accessible aux personnes en situation de handicap. L'accès aux transports en commun sera facilité. L'allégement des normes d'habitabilité et d'accessibilité sur les logements neufs visera à favoriser la modularité des habitats privatifs et à faciliter ainsi l'intégration, ou l'inclusion des personnes en situation de handicap. La mise en œuvre de ces objectifs sera animée, évaluée, suivie et diffusée dans la transparence par le préfet dans chaque département.
  • 10
    Améliorer l’accès aux soins. Mettre en place sur chaque territoire de santé un réseau ville-hôpital de soins adaptés aux spécificités des différents handicaps. Valoriser le développement de consultations adaptées dans les établissements. Inclure dans la certification des établissements de santé par la Haute Autorité de Santé un critère d’accès et d'adaptation aux handicaps. Inciter les professionnels de santé à se former aux soins de ces publics spécifiques et les identifier auprès du grand public.
  • 11
    Favoriser l'émergence des innovations technologiques et de la conception universelle de biens et de services en matière de handicap. Créer un label spécifique et coordonner les incubateurs qui accueillent des start-ups dans le domaine du handicap.
Se battre pour de grandes causes
  • 12
    Mettre en œuvre un 4ème « plan autisme », ambitieux, adapté aux nouveaux défis à relever, notamment pour les adultes. Imposer les recommandations de la Haute Autorité de Santé pour la prise en charge de l'autisme aux centres médico-psychologiques, aux centres de ressources autisme, et à l'ensemble des établissements sanitaires et médico-sociaux qui accueillent des personnes autistes.
  • 13
    Structurer, fédérer et coordonner l'effort de recherche médicale sur les handicaps.