Force Républicaine

Emploi des jeunes

Les jeunes sont l’avenir de notre pays. Et l’avenir de chaque jeune passe d’abord par l’accès à l’emploi, par le travail plutôt que par l’assistanat. C’est pourquoi je ne souhaite plus que la politique en faveur de l’emploi consiste à offrir aux jeunes en difficulté des stages de formation « parking », des contrats aidés qui ne contribuent pas en réalité à leur insertion durable dans l’emploi ou, encore pire, l’addition d’allocations qui freine la recherche d’emploi.

Pour en finir avec le chômage des jeunes, je propose de libérer la croissance et la création d’emplois, de réformer le système éducatif du primaire au supérieur, de faciliter l’essor des nouvelles formes d’emploi indépendant et de développer l’alternance.

Pour l’accès des jeunes à l’emploi, la solution plus efficace que les contrats aidés existe et elle a fait ses preuves : l’apprentissage. Je veux faire de l’alternance la principale voie d’accès à l’emploi des jeunes, car tous les jeunes doivent être à l’école, en formation, en emploi ou en création d’entreprise. Pour cela, je veux consacrer davantage de moyens à l’apprentissage, vers lequel seront redéployées les sommes actuellement consacrés aux emplois d’avenir et aux contrats de génération, qui seront supprimés (1,2 Md € par an). Je veux promouvoir la reconnaissance des compétences et arrêter de privilégier uniquement le diplôme. Je veux réinventer l’orientation, transformer la gouvernance de l’enseignement professionnel et faciliter et renforcer l’engagement des entreprises pour l’apprentissage.

Les propositions
Réinventer l'orientation
  • 1
    Améliorer l’information des jeunes et des parents en intégrant, dans le « Portail de l’Alternance » les opportunités professionnelles à l’échelle de chaque bassin d’emploi, ainsi que les taux d’emploi pour chaque filière et établissement à la sortie, à 3 ans et à 5 ans, les places disponibles en CFA, les recherches d’alternants des entreprises. Ce portail sera mis à la disposition de tous les acteurs de l’emploi.
  • 2
    Développer le pré-apprentissage, notamment dans les écoles de la deuxième chance, grâce aux régions qui développeront ces dispositifs, en s’appuyant également sur le service public de l’emploi (Pôle emploi, missions locales).
  • 3
    Mettre en place dès le collège des « modules d’éducation» pour préparer les jeunes dans leurs choix d’orientation (éducatifs ou professionnels).
  • 4
    Introduire dans les programmes davantage de contenu qui soit en lien avec la vie professionnelle future des élèves, en formant les jeunes dès le collège, avec l’obligation de faire au moins 6 semaines de stages durant cette période (2 semaines en 4e et 4 en 3e). Encourager également les stages professionnels au lycée.
Transformer l'enseignement professionnel et sa gouvernance
  • 5
    Généraliser progressivement l’apprentissage dans l’enseignement professionnel, en développant rapidement des sections d’apprentissage dans les lycées professionnels, en organisant des jumelages entre CFA et lycées professionnels, en décloisonnant les parcours des jeunes et en permettant des réorientations.
  • 6
    Confier la gestion des centres de formation des apprentis (CFA) et des lycées professionnels aux régions, en association avec les branches. Les chefs d’établissement devront disposer d’une autonomie d’action et de moyens dans le cadre d’objectifs fixés annuellement.
Faciliter et renforcer l'engagement des entreprises pour l'apprentissage
  • 7
    Mettre en place une exonération totale des charges sociales pour l’embauche d’un jeune en alternance, et lancer une grande campagne de promotion de l'alternance.
  • 8
    Revoir le rythme de l’alternance pour le rendre plus compatible avec celui de l’entreprise, en permettant une plus grande modularité des temps de présence en accord avec l’établissement scolaire.
  • 9
    Aligner les conditions de sécurité des alternants sur celles exigées pour les salariés. Offrir une plus grande lisibilité des différents contrats d’alternance en leur donnant un socle juridique commun.
  • 10
    Instaurer un dispositif incitatif pour que les entreprises qui comptent plus de 4 % de jeunes en alternance parmi leurs effectifs soient autorisées à dépenser les fonds de la taxe d’apprentissage pour créer leurs propres centres de formation.
Mettre fin au système des emplois aidés pour les jeunes
  • 11
    Supprimer les emplois d’avenir et les contrats de génération, qui coûtent 1,2 Mds€ par an au budget de l’Etat, et réorienter ces sommes vers l’alternance. Cette suppression ne s’appliquera pas aux contrats aidés dans le domaine du handicap. De manière générale, les moyens des contrats aidés du secteur non marchand doivent permettre de renforcer l’alternance et d’autres dispositifs efficaces pour apporter une réponse aux « décrocheurs » de notre système éducatif (écoles de la deuxième chance, EPIDE, dispositifs d’accompagnement renforcé…).