emploi des jeunes

emploi des jeunes

Quand va-t-on cesser d’envoyer nos jeunes dans le mur ?

Donnez votre avis
 

Consulter les propositions détaillées

140 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans diplôme ni qualification et un jeune sur quatre est au chômage. 2 millions de jeunes ne sont aujourd’hui ni à l’école, ni en emploi, ni en formation. Alors que François Hollande avait mis la jeunesse au cœur de son programme, la situation des jeunes est aujourd’hui alarmante.

Ce constat est d’autant plus préoccupant qu’il ne peut être attribué ni uniquement à la crise, ni à une question de moyens engagés. D’autres pays européens, comme l’Allemagne, la Suisse ou le Royaume-Uni, réussissent mieux que nous en dépensant moins.

Il nous faut donc rompre avec une logique qui a montré son inefficacité. La question de l’emploi des jeunes est trop importante pour préserver un statu quo qui conduit à l’échec. Nous devons oser des changements profonds :

  • du culte du diplôme il faut passer à une logique de la certification des compétences.
  • Plutôt que des emplois aidés coûteux et qui n’insèrent pas réellement les jeunes dans la vie professionnelle, il faut promouvoir l’alternance pour tous.
  • L’enseignement professionnel doit être réformé en profondeur. Cela demande de réinventer les parcours d’orientation, de mener une véritable révolution pédagogique et de mobiliser les entreprises autour d’objectifs ambitieux.

La France ne se redressera que si elle fait le pari des talents de sa jeunesse !


1.Promouvoir l’alternance pour tous et la certification des compétences

Il faut en finir avec une politique éducative pilotée exclusivement par les taux de réussite aux examens. Notre système devrait plutôt se concentrer à former les jeunes pour qu’ils trouvent un emploi adapté à l’issue de leur formation.

Pour cela, l’alternance est la solution qui est non seulement à développer, mais aussi à systématiser. Elle doit être promue comme une voie d’excellence – du secondaire au supérieur, quelle que soit la filière suivie – qui agit comme un tremplin vers l’emploi.

Il faut également promouvoir la logique de certification des compétences et arrêter de privilégier uniquement le diplôme. Les chefs d’entreprises veulent recruter des individus agiles, capables de s’adapter à un environnement qui évolue rapidement. L’acquisition de compétences solides et maîtrisées est un enjeu de compétitivité pour les entreprises et d’employabilité pour les jeunes.


2.Mettre fin au système des emplois aidés qui ne fonctionne pas

L’Etat dépense des sommes considérables pour des résultats médiocres. Les emplois d’avenir et les contrats de génération coûtent 1,4 Md€ au budget de l’Etat… pour quels résultats ? Ils n’assurent pas l’insertion professionnelle des jeunes et ils créent des effets d’aubaine concurrençant les dispositifs d’alternance qui, eux, permettent une réelle insertion sur le marché de l’emploi.


3. Transformer la gouvernance de l’enseignement professionnel

Pour gagner en efficacité nous devons mutualiser les expériences et les ressources des centres de formation des apprentis (CFA) et des lycées professionnels.

La gestion des CFA et des lycées professionnels sera confiée aux régions. Les régions seront chargées d’adapter, en associant étroitement les branches professionnelles, les formations qui seront définies à l’échelle nationale pour qu’elles s’adaptent mieux à la réalité des bassins d’emplois. Les entrepreneurs et les branches professionnelles sont les mieux placés pour exprimer précisément les besoins de main-d’oeuvre et les compétences nécessaires pour développer l’activité au niveau local.

Par ailleurs, les chefs d’établissements devront disposer d’une autonomie d’action et de moyens dans le cadre d’objectifs fixés annuellement.


4. Réinventer l’orientation en améliorant l’information et les dispositifs d’accompagnement des jeunes

Le choix de l’orientation est fondamental parce que c’est lui qui conditionnera la réussite d’un jeune dans sa trajectoire professionnelle, et notamment sa capacité à trouver un premier emploi. Or ce choix est rendu difficile par un manque de lisibilité de l’information, et par une absence d’accompagnement individualisé des jeunes dans cette démarche.


5. Entreprendre une révolution pédagogique

Alors que l’école a aussi pour mission de préparer à l’entrée dans l’emploi, les jeunes peinent aujourd’hui à s’insérer sur le marché du travail. Ces difficultés naissent en partie de l’inadéquation des formations dispensées au regard des besoins des bassins d’emploi, mais aussi de l’incapacité à prendre en compte la variété des profils et des talents à former.

Les élèves et étudiants inscrits dans une filière professionnelle sont parfois très éloignés de la réalité du monde du travail. Il est nécessaire de repenser l’enseignement des matières générales dans ces filières pour assurer la pertinence d’un socle pédagogique qui garantisse l’employabilité future des jeunes et leur permette aussi de passer davantage de temps dans un environnement professionnel.

Il faudra introduire dans les programmes davantage de contenu qui soit en lien avec la vie professionnelle future des élèves.

Il faut également transformer les méthodes d’apprentissage : travailler davantage à partir des expériences concrètes et situations surgies durant la formation en milieu professionnel, conduire des projets transdisciplinaires, faire appel à des professionnels du secteur privé (coach, tuteurs), développer des modules d’e-learning pour pouvoir augmenter le temps passé en milieu professionnel.

Enfin, il faut promouvoir un dispositif « une tablette par apprenti » afin de permettre à chaque apprenti, quel que soit son milieu social, de suivre des enseignements à distance.


6. Faciliter et renforcer l’engagement des entreprises

Pour que tous les jeunes Français aient les mêmes chances de réussite, les entreprises ont un rôle central à jouer aux côtés de l’Etat. Tout programme à destination de la jeunesse ne réussira que si l’on parvient à susciter l’engagement d’entreprises de toutes tailles.

Pour mettre fin à l’intox, je partage !

Partager cette pagePartagerTweeterPartager

Commentaires

  1. on a du mal à voir le concret derrière ces propositions. peut être faudrait il prendre 5 cas d’école montrant la situation actuelle et ce qu’elle deviendrait après réforme. cdt

    Comment meta

    code postal: 22410
  2. Tout à fait d’accord il est temps que l éducation nationale se remette en question’
    Elle fabrique des enragés ,des laissés pour compte avec un cynisme revoltant.

    Comment meta

    code postal: 44210
  3. Bonjour,
    Autant je suis OK sur le diagnostic et sur les propositions autant je doute que le corps enseignant accepte ces évolutions qui devraient s’accompagner d’un statut identique à celui qu’auront leurs élèves (pas de securité de l’emploi, a cotisation égale retraite égale).

    Comment meta

    code postal: 95100
    • En effet,

      Pourquoi conserver quelqu’un qui bosse mal, justice veut dire égalité de traitement : salaire, pérennité, retraite.. régime public et privé.. non, régime du MERITE.
      Bon travail, bien payé. Pas de travail, pas de salaire ! Et bien beaucoup se mettrons peut-être au travail !
      Des récompenses, des punitions.. du courage et de l’ESPOIR. Du combat pour réussir et que le meilleur gagne ! c’est valorisant

      Comment meta

      code postal: 80000
  4. Exellente proposition !!!

    Pas de programme scolaire égalitaire mais une approche “tailor made”,qui tient compte des capacités,des talents,des compétences de chaque élève.

    Une ouverture d’esprit à tout niveau permettant aux élèves de découvrir et d’apprendre d’autres langues et l’expertise…
    Afin de donner toutes les chances aux jeunes diplômés futurs de trouver un emploi.

    Comment meta

    code postal: 78000
  5. De belles propositions que l’Education Nationale à elle seule ne peut porter. Il faut que les parents soient acteurs du devenir de leurs enfants en prime en donnant un cadre de respect et de règles basiques sur le vivre ensemble à leurs enfants. Ce qui est de nos jours perdu.L’enseignant ne peut pas donner le meilleur à un élève qui ne veut pas se laisser instruire ou qui pense que l’école,le collège ou le lycée est un endroit de défoulement.Les droits que la France octroient aux familles doivent avoir une repartie: Etre responsable de ses enfants.L’alternance vient après les bases et les règles du contrat social.Car l’enseignant est là pour prodiguer quelques clés du savoir et de la connaissance et non pour apprendre les règles de politesse qui reviennent à la famille.
    Merci de jouer dans la complémentarité et tout deviendra REUSSITE.

    Comment meta

    code postal: 13009 MARSEILLE
  6. Alternance, apprentissage, patati patata… Vous servez la même soupe que vos “concurrents” à la primaire de droite.
    Que proposez vous pour les étudiants et jeunes n’étant pas passé par l’alternance ? C’est avant tout la catégorie d’étudiant la plus en difficulté.

    Vous comptez favoriser l’alternance en exonérant les entreprise de charge social, sauf que vous n’inventez rien. C’est déjà en place.

    Vous voulez revoir le rythme de l’alternance pour le conformer au rythme de l’entreprise, mais qu’entendez vous par revoir ? Sans doute ne savez vous pas qu’un alternant est un étudiant qui alterne cours et entreprise, tous ça en “concurrence” avec des étudiants non-alternant n’ayant que les cours.
    Vous proposez donc de faire une croix sur la partie théorique ? Très flou tout ça.

    Et puis, laissez moi rire.. “Une tablette par apprenti” ? Qui va payer ? vous ?? Question légèrement rhétorique. Quel coût cela représentera ? pour quel bénéfice ? Savez-vous au moins ce qu’est une tablette ?
    Quitte à vouloir investir dans de l’équipement, pourquoi ne pas plutôt donner plus de moyens aux établissements pour moderniser/changer les ordinateurs? Du matériel qui n’est plus si coûteux que ça et beaucoup plus utile qu’une tablette, qui bien sur ne servira qu’a lire les cours et à télécharger des jeux.

    Enfin bref, je pourrais continuer longtemps sur les incohérences de votre programme. D’ailleurs je trouve amusant le fais que je m’adresse directement à vous, alors que vous ne me lirez jamais.

    Comment meta

    code postal: 88000
  7. QUAND VA-T-ON CESSER D’ENVOYER NOS JEUNES DANS LE MUR ?
    ceci est le titre de cette plate-forme

    donc cela couvre l’efficience des méthodes et organisations en matière d’éducation et de formation professionnelle (le “vocation training” des anglais) mais aussi une analyse affinée des composants sociaux des populations visées par ces méthodes et organisations

    le pb de monsieur Fillon (nos messages ne s’adressent pas a lui qui ne les lira que peu mais a nous autres commentateurs qui prenons la peine de nous lire et de nous) est qu’il dérive lui même du système. il n’a pu de ce fait et ne s’autorise toujours pas a dire ici au citoyen moyen qu’il pressent la mesure du hiatus entre l’actualité et le souhaitable de notre état et de nos actions.

    Mr. Fillon sait évidemment que des données essentielles de la situation n’ont toujours pas été divulguées au citoyen dont il sollicite le suffrage; essentielles au regard des aspects éducation-formation et emploi-chômage tant pour mener avec pertinence l’analyse des causes et effets que pour construire et mener une politique de redressement dans ces domaines.
    Ainsi conviendrait-il dans cette plateforme de ne s’intéresser qu’a la, ou plutôt, aux jeunesses soumises a toutes formes de précarité et/ou issues de milieux déculturés ou éthiquement fragiles.

    En se taisant, comme chacun dans notre milieu media-politique, Mr. Fillon se prive ainsi d’un argumentaire qui, soigneusement masque par ses concurrents, pourrait le distinguer utilement dans la quête de son suffrage;

    ainsi quelle raison Mr. Fillon prend-il pour ne pas évoquer

    1. l’en-quoi et le pourquoi des échecs croissants de l’Education Nat au regard des de la typologie des attentes de ces jeunesses (ainsi une masse d’enseignants qui ne connaissent rien — ou si peu — du fond politique et social de l’arabité et de l’islam;

    2. le gaspillage des budgets de formations professionnelles confiés en exclusivité a des CCI dont la sujétion a l’appareil public les a fait dévier de leur vocation au regard des employeurs qui pourtant les financent;

    3. la réelle amplitude (des chiffres svp!!!) des populations (toutes générations et statuts de nationalité confondus) affectées par la précarité et l’inculture;

    Comment peut-on construire et conduire un programme convaincant si l’on continue a denier ou cacher aux électeurs que l’on sollicite les chiffres réels et toutes autres réalités essentielles !!!!.

    Comment meta

    code postal: 59000
  8. Aussi longtemps qu’on ne favorise pas l’arrivée de capitaux étrangers en France pour recréer de l’industrie créatrice d’emplois, nos jeunes n’auront pas de travail et toutes leurs formations seront inutiles! Ce sont les emplois qui manquent depuis l’anéantissement de notre industrie et de là viennent les problèmes que subissent nos jeunes.

    Comment meta

    code postal: 67000
  9. avant d’inventer quoi que ce soit concernant le système éducatif en France, il faut poser 4 postulats desquels découleront les décisions et dispositifs à mettre en oeuvre :

    1 – l’école ne doit pas être un lieu d’échec mais un lieu de réussite (il y a des quantités de pistes de réflexions et de solutions)
    2 – l’université ne doit plus être un lieu d’apprentissage théorique et former à des métiers concrets (sont mises à part les filières scientifiques et techniques, à l’exception de quelques unes d’entre elles). Il faut DE TOUTE URGENCE mettre fin aux filières qui ne débouchent sur rien du tout comme “arts du spectacle”. Il faut un contrôle strict de l’enseignement délivré à l’université française. Il y a du laxisme et des abus inacceptables de la part des profs d’université qui ne sont jamais contrôlés !!!
    3 – le recrutement des enseignants ne doit plus passer par des concours inaccessibles qui fabriquent des “techniciens” d’une discipline et non pas de pédagogues. Comme en Allemagne, les enseignants devraient tous enseigner une discipline fondamentale + une discipline secondaire. Cela leur permettrait de ne pas être que des techniciens des maths ou du français ou des langues etc… et leur donnerait l’occasion de connaître leurs élèves (surtout les plus en difficultés) dans d’autres conditions où ils peuvent révéler des compétences différentes mais tout aussi importantes dans leur parcours de réussite
    4 – AUCUN JEUNE ne doit se retrouver sans une quelconque activité (les missions locales sont une véritable catastrophe tout comme pole emploi, d’où l’intérêt de l’alternance, du développement des écoles de la 2ème chance, des formations, des services civiques (avec un excellent encadrement) etc….Dans l’histoire, jamais dans aucune société, la jeunesse était inactive. C’est une des grandes caractéristiques de la fin du XXème siècle et de ce début du XXIème siècle et c’est la porte ouverte à toutes les dérives qui engendreront des problématiques humaines pouvant devenir catastrophiques pour les générations futures.

    Comment meta

    code postal: 69300
  10. Monsieur,
    Le sujet de la formation des jeunes et des adultes est au coeur du problème de l’emploi:
    1/Aucun élève ne devrait accéder en terminale sans parler la langue du commerce : l’anglais,
    sans savoir écrire le français.. le bac doit être revalorisé et ne pas être une statistique.
    Bien sûr, d’urgence, valoriser l’apprentissage dans tous les domaines en informant les jeunes et en aidant les patrons des PME.
    2/L’accès à certaines filières de l’université doit être contingenté lorsqu’il n’y a pas de débouchés pour les années à venir. La formation universitaire doit permettre d’entrer dans la vie active, ce n’est pas à un passe-temps ou à un hobby. C’est aussi cela, ne pas jeter les jeunes dans le mur!!
    3/La formation continue dans l’entreprise, (de toute taille et de toute forme juridique) :
    il faut former un salarié ou un auto-entrepreneur, un médecin ou un commerçant, tout
    au long de sa carrière. Quelques pistes : A/obliger les entreprises à dépenser leur allocation-formation B/ donner accès à tous les commerçants à la formation continue dans le cadre de programmes mis en oeuvre, gratuits et à des horaires adaptés, dans les chambres de commerce, entre autres.
    4/La formation dans le cadre de pole-emploi : les formations proposées ne correspondent pas aux demandes des entreprises, mais à des disponibilités à un moment donné dans les offres de formation (expérience vécue). Il faut un contrôle stricte des sociétés proposant les formations.
    5/ Motiver les jeunes retraités pour s’impliquer dans l’aide auprès des jeunes, des entrepreneurs, etc.. Un vivier de compétences est laissé à l’abandon..

    Voilà quelques idées jetées en vrac.. merci de votre écoute.

    Comment meta

    code postal: 92100
  11. Monsieur fillon … bravo d’accelerer l’apprentissage en alternance ..j’y ai professe
    pendant 37 ans…devant 4000 apprentis en cap..bp..brevet de maitrise…
    apprenti moi meme ds ma jeunesse…je connais bien ce monde.
    j’entend bruisser un pourquoi pas commencer a 14 ans…
    parmi les candidats a la primaire !!!
    un essai a ete fait dans les annees 70…une catastrophe…
    l’immaturité a 14 ans est patente….certains maitres d’apprentissage ont profités de l’aubaine..a savoir se servir du jeune en petites mains…lui donner des travaux qui…

    Le gros probleme de l’apprentissage c’est le blocus academique…l’orientation professionnelle qui fait tout son possible pour ignorer l’apprentissage
    et pire !!l’ignorance des orienteurs qui ne connaissent pas les métiers !!!

    Dans un cursus de preparation des 14 ans il serait preferable (par ex 6 en un an)l’obligation
    de faire des stages de découvertes…de deux ou 3 jours…dans des métiers différents..a son choix et non pas imposés….(avant 16 ans il aurait vu..touché..a 12 métiers)
    A 16 ans il est difficile de prendre position sur son futur metier !! alors a 14 !!!!!!!!
    Aidons les !!!

    bon courage et bonne chance pour les primaires

    Comment meta

    code postal: 59000
  12. L’apprentissage à été supprimé par le harcellement des entreprises contrôles en permanence. plus personne ne veut prendre des apprentis et pourtant dans les années 90 les contrats de qualification étaient une grande réussite les petites entreprises sont le vivier de l’emploi mais plus personne n’a envie de s’investir et se faire traiter de profiteur pour former les jeunes. c’est plutôt nous qui devrions être payé pour la formation que nous leur donnon se

    Comment meta

    code postal: 35230
  13. Je suis une rescapée du sytème scolaire et familiale et pourtant j’ai très réussi grâce au sport et à l’alternance. Aujourd’hui je suis cadre au sein d’une multinationale. J’ai travaillé il y a 30 ans au sein du monde de la réinsertion (mission locale et foyer jeunes en difficulté); j’ai un Frére skyzophrene, un fils bipolaire et une fille dysorthographie et dyslexique et pourtant ils ne sont pas en échec mais quelle galère cela a été face à notre vision archaïque des multiples intelligences. Je veux bien mettre mon expérience à la disposition de personnes à qui on donnera de réels moyens d’innovation, en intégrant les meilleurs des enseignants et les plus volontaires des entreprises à accepter de prendre des risques. Il a une superbe histoire à inventer.

    Comment meta

    code postal: 33000

Vous aussi, laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. on a du mal à voir le concret derrière ces propositions. peut être faudrait il prendre 5 cas d’école montrant la situation actuelle et ce qu’elle deviendrait après réforme. cdt

    Comment meta

    code postal: 22410
  2. Tout à fait d’accord il est temps que l éducation nationale se remette en question’
    Elle fabrique des enragés ,des laissés pour compte avec un cynisme revoltant.

    Comment meta

    code postal: 44210
  3. Bonjour,
    Autant je suis OK sur le diagnostic et sur les propositions autant je doute que le corps enseignant accepte ces évolutions qui devraient s’accompagner d’un statut identique à celui qu’auront leurs élèves (pas de securité de l’emploi, a cotisation égale retraite égale).

    Comment meta

    code postal: 95100
    • En effet,

      Pourquoi conserver quelqu’un qui bosse mal, justice veut dire égalité de traitement : salaire, pérennité, retraite.. régime public et privé.. non, régime du MERITE.
      Bon travail, bien payé. Pas de travail, pas de salaire ! Et bien beaucoup se mettrons peut-être au travail !
      Des récompenses, des punitions.. du courage et de l’ESPOIR. Du combat pour réussir et que le meilleur gagne ! c’est valorisant

      Comment meta

      code postal: 80000
  4. Exellente proposition !!!

    Pas de programme scolaire égalitaire mais une approche “tailor made”,qui tient compte des capacités,des talents,des compétences de chaque élève.

    Une ouverture d’esprit à tout niveau permettant aux élèves de découvrir et d’apprendre d’autres langues et l’expertise…
    Afin de donner toutes les chances aux jeunes diplômés futurs de trouver un emploi.

    Comment meta

    code postal: 78000
  5. De belles propositions que l’Education Nationale à elle seule ne peut porter. Il faut que les parents soient acteurs du devenir de leurs enfants en prime en donnant un cadre de respect et de règles basiques sur le vivre ensemble à leurs enfants. Ce qui est de nos jours perdu.L’enseignant ne peut pas donner le meilleur à un élève qui ne veut pas se laisser instruire ou qui pense que l’école,le collège ou le lycée est un endroit de défoulement.Les droits que la France octroient aux familles doivent avoir une repartie: Etre responsable de ses enfants.L’alternance vient après les bases et les règles du contrat social.Car l’enseignant est là pour prodiguer quelques clés du savoir et de la connaissance et non pour apprendre les règles de politesse qui reviennent à la famille.
    Merci de jouer dans la complémentarité et tout deviendra REUSSITE.

    Comment meta

    code postal: 13009 MARSEILLE
  6. Alternance, apprentissage, patati patata… Vous servez la même soupe que vos “concurrents” à la primaire de droite.
    Que proposez vous pour les étudiants et jeunes n’étant pas passé par l’alternance ? C’est avant tout la catégorie d’étudiant la plus en difficulté.

    Vous comptez favoriser l’alternance en exonérant les entreprise de charge social, sauf que vous n’inventez rien. C’est déjà en place.

    Vous voulez revoir le rythme de l’alternance pour le conformer au rythme de l’entreprise, mais qu’entendez vous par revoir ? Sans doute ne savez vous pas qu’un alternant est un étudiant qui alterne cours et entreprise, tous ça en “concurrence” avec des étudiants non-alternant n’ayant que les cours.
    Vous proposez donc de faire une croix sur la partie théorique ? Très flou tout ça.

    Et puis, laissez moi rire.. “Une tablette par apprenti” ? Qui va payer ? vous ?? Question légèrement rhétorique. Quel coût cela représentera ? pour quel bénéfice ? Savez-vous au moins ce qu’est une tablette ?
    Quitte à vouloir investir dans de l’équipement, pourquoi ne pas plutôt donner plus de moyens aux établissements pour moderniser/changer les ordinateurs? Du matériel qui n’est plus si coûteux que ça et beaucoup plus utile qu’une tablette, qui bien sur ne servira qu’a lire les cours et à télécharger des jeux.

    Enfin bref, je pourrais continuer longtemps sur les incohérences de votre programme. D’ailleurs je trouve amusant le fais que je m’adresse directement à vous, alors que vous ne me lirez jamais.

    Comment meta

    code postal: 88000
  7. QUAND VA-T-ON CESSER D’ENVOYER NOS JEUNES DANS LE MUR ?
    ceci est le titre de cette plate-forme

    donc cela couvre l’efficience des méthodes et organisations en matière d’éducation et de formation professionnelle (le “vocation training” des anglais) mais aussi une analyse affinée des composants sociaux des populations visées par ces méthodes et organisations

    le pb de monsieur Fillon (nos messages ne s’adressent pas a lui qui ne les lira que peu mais a nous autres commentateurs qui prenons la peine de nous lire et de nous) est qu’il dérive lui même du système. il n’a pu de ce fait et ne s’autorise toujours pas a dire ici au citoyen moyen qu’il pressent la mesure du hiatus entre l’actualité et le souhaitable de notre état et de nos actions.

    Mr. Fillon sait évidemment que des données essentielles de la situation n’ont toujours pas été divulguées au citoyen dont il sollicite le suffrage; essentielles au regard des aspects éducation-formation et emploi-chômage tant pour mener avec pertinence l’analyse des causes et effets que pour construire et mener une politique de redressement dans ces domaines.
    Ainsi conviendrait-il dans cette plateforme de ne s’intéresser qu’a la, ou plutôt, aux jeunesses soumises a toutes formes de précarité et/ou issues de milieux déculturés ou éthiquement fragiles.

    En se taisant, comme chacun dans notre milieu media-politique, Mr. Fillon se prive ainsi d’un argumentaire qui, soigneusement masque par ses concurrents, pourrait le distinguer utilement dans la quête de son suffrage;

    ainsi quelle raison Mr. Fillon prend-il pour ne pas évoquer

    1. l’en-quoi et le pourquoi des échecs croissants de l’Education Nat au regard des de la typologie des attentes de ces jeunesses (ainsi une masse d’enseignants qui ne connaissent rien — ou si peu — du fond politique et social de l’arabité et de l’islam;

    2. le gaspillage des budgets de formations professionnelles confiés en exclusivité a des CCI dont la sujétion a l’appareil public les a fait dévier de leur vocation au regard des employeurs qui pourtant les financent;

    3. la réelle amplitude (des chiffres svp!!!) des populations (toutes générations et statuts de nationalité confondus) affectées par la précarité et l’inculture;

    Comment peut-on construire et conduire un programme convaincant si l’on continue a denier ou cacher aux électeurs que l’on sollicite les chiffres réels et toutes autres réalités essentielles !!!!.

    Comment meta

    code postal: 59000
  8. Aussi longtemps qu’on ne favorise pas l’arrivée de capitaux étrangers en France pour recréer de l’industrie créatrice d’emplois, nos jeunes n’auront pas de travail et toutes leurs formations seront inutiles! Ce sont les emplois qui manquent depuis l’anéantissement de notre industrie et de là viennent les problèmes que subissent nos jeunes.

    Comment meta

    code postal: 67000
  9. avant d’inventer quoi que ce soit concernant le système éducatif en France, il faut poser 4 postulats desquels découleront les décisions et dispositifs à mettre en oeuvre :

    1 – l’école ne doit pas être un lieu d’échec mais un lieu de réussite (il y a des quantités de pistes de réflexions et de solutions)
    2 – l’université ne doit plus être un lieu d’apprentissage théorique et former à des métiers concrets (sont mises à part les filières scientifiques et techniques, à l’exception de quelques unes d’entre elles). Il faut DE TOUTE URGENCE mettre fin aux filières qui ne débouchent sur rien du tout comme “arts du spectacle”. Il faut un contrôle strict de l’enseignement délivré à l’université française. Il y a du laxisme et des abus inacceptables de la part des profs d’université qui ne sont jamais contrôlés !!!
    3 – le recrutement des enseignants ne doit plus passer par des concours inaccessibles qui fabriquent des “techniciens” d’une discipline et non pas de pédagogues. Comme en Allemagne, les enseignants devraient tous enseigner une discipline fondamentale + une discipline secondaire. Cela leur permettrait de ne pas être que des techniciens des maths ou du français ou des langues etc… et leur donnerait l’occasion de connaître leurs élèves (surtout les plus en difficultés) dans d’autres conditions où ils peuvent révéler des compétences différentes mais tout aussi importantes dans leur parcours de réussite
    4 – AUCUN JEUNE ne doit se retrouver sans une quelconque activité (les missions locales sont une véritable catastrophe tout comme pole emploi, d’où l’intérêt de l’alternance, du développement des écoles de la 2ème chance, des formations, des services civiques (avec un excellent encadrement) etc….Dans l’histoire, jamais dans aucune société, la jeunesse était inactive. C’est une des grandes caractéristiques de la fin du XXème siècle et de ce début du XXIème siècle et c’est la porte ouverte à toutes les dérives qui engendreront des problématiques humaines pouvant devenir catastrophiques pour les générations futures.

    Comment meta

    code postal: 69300
  10. Monsieur,
    Le sujet de la formation des jeunes et des adultes est au coeur du problème de l’emploi:
    1/Aucun élève ne devrait accéder en terminale sans parler la langue du commerce : l’anglais,
    sans savoir écrire le français.. le bac doit être revalorisé et ne pas être une statistique.
    Bien sûr, d’urgence, valoriser l’apprentissage dans tous les domaines en informant les jeunes et en aidant les patrons des PME.
    2/L’accès à certaines filières de l’université doit être contingenté lorsqu’il n’y a pas de débouchés pour les années à venir. La formation universitaire doit permettre d’entrer dans la vie active, ce n’est pas à un passe-temps ou à un hobby. C’est aussi cela, ne pas jeter les jeunes dans le mur!!
    3/La formation continue dans l’entreprise, (de toute taille et de toute forme juridique) :
    il faut former un salarié ou un auto-entrepreneur, un médecin ou un commerçant, tout
    au long de sa carrière. Quelques pistes : A/obliger les entreprises à dépenser leur allocation-formation B/ donner accès à tous les commerçants à la formation continue dans le cadre de programmes mis en oeuvre, gratuits et à des horaires adaptés, dans les chambres de commerce, entre autres.
    4/La formation dans le cadre de pole-emploi : les formations proposées ne correspondent pas aux demandes des entreprises, mais à des disponibilités à un moment donné dans les offres de formation (expérience vécue). Il faut un contrôle stricte des sociétés proposant les formations.
    5/ Motiver les jeunes retraités pour s’impliquer dans l’aide auprès des jeunes, des entrepreneurs, etc.. Un vivier de compétences est laissé à l’abandon..

    Voilà quelques idées jetées en vrac.. merci de votre écoute.

    Comment meta

    code postal: 92100
  11. Monsieur fillon … bravo d’accelerer l’apprentissage en alternance ..j’y ai professe
    pendant 37 ans…devant 4000 apprentis en cap..bp..brevet de maitrise…
    apprenti moi meme ds ma jeunesse…je connais bien ce monde.
    j’entend bruisser un pourquoi pas commencer a 14 ans…
    parmi les candidats a la primaire !!!
    un essai a ete fait dans les annees 70…une catastrophe…
    l’immaturité a 14 ans est patente….certains maitres d’apprentissage ont profités de l’aubaine..a savoir se servir du jeune en petites mains…lui donner des travaux qui…

    Le gros probleme de l’apprentissage c’est le blocus academique…l’orientation professionnelle qui fait tout son possible pour ignorer l’apprentissage
    et pire !!l’ignorance des orienteurs qui ne connaissent pas les métiers !!!

    Dans un cursus de preparation des 14 ans il serait preferable (par ex 6 en un an)l’obligation
    de faire des stages de découvertes…de deux ou 3 jours…dans des métiers différents..a son choix et non pas imposés….(avant 16 ans il aurait vu..touché..a 12 métiers)
    A 16 ans il est difficile de prendre position sur son futur metier !! alors a 14 !!!!!!!!
    Aidons les !!!

    bon courage et bonne chance pour les primaires

    Comment meta

    code postal: 59000
  12. L’apprentissage à été supprimé par le harcellement des entreprises contrôles en permanence. plus personne ne veut prendre des apprentis et pourtant dans les années 90 les contrats de qualification étaient une grande réussite les petites entreprises sont le vivier de l’emploi mais plus personne n’a envie de s’investir et se faire traiter de profiteur pour former les jeunes. c’est plutôt nous qui devrions être payé pour la formation que nous leur donnon se

    Comment meta

    code postal: 35230
  13. Je suis une rescapée du sytème scolaire et familiale et pourtant j’ai très réussi grâce au sport et à l’alternance. Aujourd’hui je suis cadre au sein d’une multinationale. J’ai travaillé il y a 30 ans au sein du monde de la réinsertion (mission locale et foyer jeunes en difficulté); j’ai un Frére skyzophrene, un fils bipolaire et une fille dysorthographie et dyslexique et pourtant ils ne sont pas en échec mais quelle galère cela a été face à notre vision archaïque des multiples intelligences. Je veux bien mettre mon expérience à la disposition de personnes à qui on donnera de réels moyens d’innovation, en intégrant les meilleurs des enseignants et les plus volontaires des entreprises à accepter de prendre des risques. Il a une superbe histoire à inventer.

    Comment meta

    code postal: 33000

Vous aussi, laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je rejoins
un comité.

Je m'abonne
à la newsletter.

Je fais un
don !