Défense

Défense

Défendre nos valeurs exige une armée forte

Consulter les propositions détaillées

L’indépendance de la France, sa souveraineté, sa capacité à défendre ses intérêts vitaux et ses ressortissants, reposent entièrement sur ses forces armées. C’est pourquoi la Défense doit être l’un des piliers de l’Etat régalien.
La France doit retrouver son rôle politique et militaire de premier rang. Il n’y a pas de diplomatie dans le concert des nations sans une armée forte. Il n’y a pas d’armée forte sans équipements modernes de qualité. Ma responsabilité première sera de donner à nos militaires les moyens d’assurer la lourde tâche qui est la leur : protéger notre pays, garantir notre liberté et notre sécurité, en consacrant à la Défense un budget permettant de préparer l’avenir en le portant progressivement à 2% du produit intérieur brut.
Le prochain quinquennat sera en effet marqué par des défis nombreux : garantir le maintien des composantes de la dissuasion nucléaire, assurer l’excellence de nos capacités et la permanence de notre base industrielle et technologique de Défense, adapter la condition militaire aux réalités d’aujourd’hui, privilégier la réserve par rapport à un service militaire volontaire fourre-tout et coûteux, Enfin, je veux remettre la Défense de notre pays, au cœur des préoccupations et des priorités de l’Etat, donner une nouvelle dynamique au lien Armées-Nation et au devoir de solidarité et de mémoire. Le peuple de France, dans ces moments d’épreuves, doit être soudé autour de son armée.


1. Réhausser le financement de notre de défense

Lancer un audit des besoins financiers au titre de la défense afin d’évaluer le passif laissé par le gouvernement socialiste.

En France, la part du budget de l’Etat consacré à la défense est passé de 14% en 2004 à 10,6% en 2014, selon les statistiques de la défense.
De plus les crédits nécessaires pour assurer la défense de notre pays n’ont pas été prévus ou pire la charge en a été reporté́e sur les années futures. La dernière LPM a consacré la dégradation de notre outil de défense.

Réaliser une revue stratégique de la défense, afin de préparer la prochaine loi de programmation militaire 2020-2025 avec pour objectif de viser 2% du PIB consacré à notre défense.

Les besoins de financement seront croissants dans les années à venir dans le secteur de la Défense. A l’issue de l’audit, une nouvelle loi de programmation militaire pourra être adoptée prenant en compte notamment les nouveaux programmes d’armement, l’entretien des matériels et les dépenses de personnel.

Associer nos partenaires européens au financement des opérations extérieures.

La France finance, seule, plusieurs opérations extérieures, que l’Union européenne devrait pouvoir prendre en charge. Je proposerai à nos partenaires européens un partenariat incitatif dans lequel les opérations extérieures seraient partagées financièrement., sous la forme, par exemple, d’une nouvelle rubrique au sein du budget européen.


2. Conserver et moderniser l’ultime recours que constitue la dissuasion nucleaire

Maintenir la Force de dissuasion nucléaire et préparer sa modernisation.

Cet armement a doté la France d’un statut de grande puissance et constitue un très fort symbole de souveraineté nationale. Il est indispensable de maintenir ce dispositif de défense pour garantir la sécurité de notre pays et c’est maintenant qu’il faut prendre les décisions pour que les matériels de remplacement soient prêts.


3. Préparer nos armees pour maintenant et pour demain

Stabiliser les effectifs de nos armées et en particulier de la force opérationnelle terrestre à 77000 soldats.

La professionnalisation des armées, l’arrivée de nouveaux matériels technologiques, ou encore la restructuration de sites ont conduit à une baisse des effectifs civils et militaires. Pour tenir compte des nouvelles menaces., nous devons maintenir la force opérationnelle,

Rehausser le niveau d’entraînement des personnels et préparer un outil de défense adapté aux menaces du futur.

L’envoi de nos forces dans les zones d’opérations nécessite d’avoir des personnels qui ont pu bénéficier d’un niveau d’entraînement maximum afin de pouvoir assurer leur sécurité et la réussite des opérations. La diversité et la complexité des missions rencontrées nécessitent de rehausser leur niveau de préparation.

Poursuivre le renouvellement des équipements militaires de premier rang mais aussi ceux nécessaires pour le quotidien de nos soldats.

J’avais annoncé depuis longtemps que la politique de défense du gouvernement entraînerait une diminution des équipements des forces conventionnelles. mais aussi des manques de moyens spécifiques dans certains secteurs. Le rôle du chef des armées ne doit pas s’arrêter à la gestion des programmes d’armement sur un quinquennat. La préparation d’un outil de défense s’inscrit sur un temps long et doit permettre de se préparer aux menaces du futur.

Consolider les efforts entrepris dans le domaine numérique pour créer une cinquième armée chargée de la Défense dans l’espace numérique, en renforçant notamment nos capacités offensives.

Une division chargée de la cyberdéfense existe au sein du ministère de la défense mais elle n’est pas suffisamment développée. Nous devons mettre en place une formation spécifique dans le domaine de la cyberguerre. Notre pays doit construire une véritable force capable d’agir dans l’espace numérique. Les armées doivent aujourd’hui, non seulement assurer la sécurité de leurs systèmes d’information pour faire face à des cyberattaques, mais être prêtes à en mener.

Renforcer la surveillance de notre espace maritime et la présence de l’Etat en mer notamment dans les territoires d’outre-mer avec des patrouilleurs océaniques ou des avions de patrouille maritime.

Le développement de la pêche illégale, les incursions de plus en plus fréquentes de navires étrangers, la recherche de matières premières de la part de certains Etats, nécessitent de maintenir une présence efficace sur nos mers. C’est un espace immense à contrôler et surveiller, avec près de 11 millions de km2, sur lequel la France doit conserver sa capacité à assurer la surveillance de nos approches maritimes en métropole et de nos territoires ultramarins.

Doter notre service de renseignement extérieur de capacités d’écoute et de renseignement au fait de la technologie et renforcer la coordination de nos services de renseignement afin de les rendre plus efficaces.

L’efficacité de nos armées nécessite qu’elles disposent d’un renseignement de qualité. Le renseignement fiable et si possible partagé avec nos alliés, est un gage d’efficacité de nos actions, de notre politique étrangère et de notre sécurité intérieure. La France a des services compétents mais il faut les doter de moyens utiles et adaptés, humains autant que matériels


4. L’industrie de l’armement, un pilier du dispositif de défense de la france

Focaliser sur les secteurs prioritaires comme l’intelligence artificielle, les robots, les lasers, l’effort de recherche dans les matériels à usage civil et militaire. et rapprocher la recherche de l’entreprise.

Pour préparer les armées de demain et maintenir la compétitivité de nos entreprises, le renforcement de la recherche à destination des applications civiles et militaires, qui est en partie exercée par les PME, est un atout majeur. D’autres secteurs doivent être impérativement conquis et maîtrisés par un effort de recherche et bénéficier des mesures générales prises pour aider les entreprises.

Etendre le concept de « bases intelligentes » pour développer des capacités d’innovation et de veille technologique tant au profit de nos armées que des industriels.

Pour relever tous ces défis, il faut étendre le concept de “bases intelligentes” développées à titre expérimental par l’armée de l’air qui allient secteur public et privé. Ce concept doit aussi permettre d’améliorer la capacité opérationnelle de nos forces tout en constituant un incubateur de projets innovants.


5. Renforcer le lien entre l’armée et la nation

Mettre en place une réserve opérationnelle reposant sur 10 000 recrues nouvelles chaque année.

Je veux donner une meilleure lisibilité et un rôle plus déterminé aux réserves opérationnelles.
Leur mission sera axée sur la défense du territoire, de ses populations, de ses points sensibles et de renforcement des sites militaires. La question de l’engagement du réserviste vis-à- vis de sa situation professionnelle fera l’objet d’une charte tripartite entre l’employeur, l’employé et l’armée, basée sur la reconnaissance de l’engagement au service de la France.

Soutenir le fonctionnement des associations liées au monde de la défense qui sont des partenaires indispensables pour faire connaître le fait militaire aux jeunes générations.

Les nombreuses associations liées d’une manière ou d’une autre au monde de la défense permettent d’apporter au « grand public » des informations sur la défense, l’esprit de défense, la
résilience, ainsi que sur les opérations en cours, le rôle des militaires en France et à l’extérieur.

Maintenir un service de santé des armées efficient et inciter les entreprises et les administrations à embaucher les anciens militaires blessés en opérations au nom de la solidarité nationale.

La France possède l’un des services de santé des armées le plus opérationnel depuis le terrain d’opérations jusqu’aux suites de soins et la réinsertion Il faut renforcer ce service en lui donnant davantage de responsabilités au niveau de la préparation physique de nos militaires. Les soldats blessés en opérations doivent être prioritaires pour retrouver un emploi au sein de l’institution militaire ou de ses partenaires publics ou privés.

Mettre en place un dispositif de reconnaissance des compétences basé sur l’expérience professionnelle des militaires.

Premier recruteur de France pour les tranches d’âge de 17 à 30 ans, les armées françaises en intègrent une partie pour y faire carrière mais la nation doit accompagner la seconde carrière de celles et ceux qui l’ont servie et faciliter ces démarches pour les militaires dont les compétences ne correspondent pas forcément aux critères scolaires ou universitaires.

Favoriser l’accueil et l’intégration des personnels féminins.et assurer une juste promotion des femmes au sein de l’encadrement supérieur des armées.

L’armée française est parmi les plus féminisées du monde mais si 14,5% des officiers sont des femmes, seulement 5,8% deviennent des officiers généraux. Je veux encourager les femmes à rejoindre les carrières militaires et scientifiques où elles ont toute leur place.

Financer la rénovation des logements de service sur les bases et casernes par les crédits de rénovation urbaine.

Nos soldats logent dans des casernements dont la vétusté n’est pas acceptable. La rénovation des quartiers ne doit pas s’arrêter à la porte de nos casernes.

Mon projet pour notre Défense vise à relever l’ensemble de ces défis, avec la conviction absolue que les questions militaires requièrent le plus grand sérieux. Il y va de l’indépendance de notre pays et plus généralement de la défense de nos valeurs, de celles de l’humanité.

Pour mettre fin à l’intox, je partage !

Partager cette pagePartagerTweeterPartager

Je rejoins
un comité.

Je m'abonne
à la newsletter.

Je fais un
don !