Compétitivité

compétitivité

Osons enfin la liberté !

Donnez votre avis

Consulter les propositions détaillées

Depuis 35 ans, la France subit un chômage de masse. Le pays compte plus de 5 millions de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues. Le taux de chômage des jeunes dépasse 24%. Cette crise profonde n’est cependant pas une fatalité : nombre de nos partenaires européens sont parvenus à en sortir. En France, tout n’a pas été essayé contre le chômage. Nous pouvons agir pour libérer et décomplexifier notre marché du travail.

En effet, le chômage de masse est lié à un environnement inadapté et à un droit du travail rigide, bridant la compétitivité de nos entreprises. Pour sortir de la stagnation, il faut remobiliser la force de travail des Français, redonner des marges de manœuvre aux entreprises et rétablir l’équilibre des finances publiques. Cela passe par des réformes structurelles profondes. Nous devons changer de système afin de relancer la croissance et l’emploi. C’est pourquoi je propose un New deal aux citoyens, aux entreprises et aux partenaires sociaux.


1. Supprimer les 35 heures

L’utopie des 35 heures, qui est restée une exception française, doit être abandonnée. Le passage aux 39 heures dans le secteur public montrera la voie aux négociations dans le secteur privé, où la suppression des 35 heures permettra de développer l’activité sans carcan juridique.



2. Simplifier le droit du travail

La complexité de notre code du travail constitue un frein au développement économique et à l’investissement en France. Il faut bien entendu protéger les salariés mais sans brider le dynamisme et la capacité d’adaptation de l’économie.


3. Rénover le dialogue social

Le dialogue social s’est progressivement complexifié dans l’articulation des niveaux (entreprise, branche, interprofession) et dans la portée des accords. Une entreprise a aujourd’hui autant d’interlocuteurs que d’instances représentatives du personnel, ce qui complique fortement le dialogue social. Enfin, la faible représentation syndicale favorise le syndicalisme politique alors que l’économie a besoin d’un syndicalisme d’adhésion constructif et force de proposition.


4. Combattre le chômage de masse en développant la formation en alternance et en améliorant l’efficacité de l’indemnisation chômage

Le taux de chômage structurel de la France est élevé et touche en particulier les jeunes, les seniors et les personnes peu qualifiées. La politique d’emplois aidés mise en œuvre par le gouvernement ne permet pas de résoudre durablement le problème. Il faut donc engager le pays dans une autre voie : celle de la formation en alternance et de la formation continue, qui ont largement fait leurs preuves dans d’autres pays. De plus, notre système d’indemnisation du chômage est cher et très peu incitatif (l’ensemble des aides disponibles permet un taux de remplacement de l’ordre de 90% du revenu et cela sur près de deux ans).


5. Baisser les charges pesant sur les entreprises et sur l’investissement pour créer un environnement plus favorable aux affaires et à l’innovation

Les prélèvements fiscaux directs sur les entreprises sont deux fois plus élevés en France qu’en Allemagne. De plus, le SMIC renchérit notre coût du travail car il augmente mécaniquement chaque année de l’inflation et de la moitié des gains de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et employés. Pour un meilleur service, il faut également moderniser les relations entre les entreprises et les administrations : l’administration du travail et l’administration fiscale doivent passer d’une logique de méfiance et de contrôle à une logique d’accompagnement. Le chemin de la compétitivité passe enfin par un soutien renforcé à l’innovation, d’autant plus que la France dispose d’un volant d’épargne très important mais qui n’est pas suffisamment investi dans l’économie productive.

Ces mesures destinées à mettre la France sur les rails de la croissance doivent s’accompagner d’un effort majeur d’assainissement des finances publiques. Ce dernier passe par la poursuite de la réduction des frais de fonctionnement de l’Etat et des collectivités locales grâce à la suppression de deux des quatre échelons territoriaux. Il s’agit aussi d’opérer le rééquilibrage du régime général des retraites par le report de l’âge légal progressif à 65 ans ainsi que par l’harmonisation graduelle des régimes privés, publics et spéciaux dans un souci d’équité entre les Français.

Pour mettre fin à l’intox, je partage !

Partager cette pagePartagerTweeterPartager

Commentaires

  1. Monsieur Fillon,

    Je me permets de vous adresser ce mail car je crois voir en vous une réelle volonté de réformer et faire bouger les lignes dans notre pays qui souffre tellement de sa gangue techno-administrative.

    Vos déclarations, votre volontarisme (affichage ou communication ?) pourraient me séduire à la condition que vous me démontriez ce que vous envisager de faire pour lutter contre la bureaucratie qui pollue le quotidien de nos entreprises, hypothèque leur bonne gestion et pèse si lourdement dans notre budget national. Je pense que l’on en est plus au stade des améliorations ou des modifications marginales du système, il me semble évident que désormais c’est une remise à plat intégrale qu’il faut envisager.

    J’en veux pour preuve ma modeste expérience de chef d’entreprise. Je ne vous demande pas de réponse à mon cas particulier, mais je souhaite en faire une illustration de l’enfer administratif social et fiscal auquel beaucoup trop de vos administrés sont confrontés. Cela en toute connaissance de cause de la part de nos élites, car mon exemple cible en particulier les célèbres « dysfonctionnements » (euphémisme) des régimes sociaux appliqués aux indépendants (RSI, CIPAV, RAM GAMEX etc …) maintes fois épinglés par la cour des comptes. Bref, je veux que vous m’expliquiez en quoi cette myriade d’organismes hors de contrôle censés gérer efficacement les contributions et allocations relatives aux retraites, maladies, allocations familiales etc … des travailleurs indépendants et donc de fait de beaucoup d’entrepreneurs de notre pays, ont su faire la preuve de leur bonne gestion et de leur efficacité à promouvoir le soit disant « modèle social Français ». En ce qui concerne mon propre statut social j’ai l’impression que malgré toute l’énergie que je mets au quotidien à faire tourner mon entreprise (je ne connais pas la semaine de 35h, ni la 5ème semaine de congés payés et la retraite, je ne compte pas trop dessus, c’est un choix et je l’assume), je suis un citoyen de deuxième zone au regard de mes droits sociaux et aux yeux des organismes qui les gèrent. Je peux vous assurer que la centaine de collaborateurs salariés de mon entreprise sont eux préservés de ces difficultés, et je crains fort que si je dois consacrer plus de temps encore au traitement de ma situation sociale personnelle cela ne se fasse malheureusement au détriment du temps que je consacre à la bonne gestion de mon entreprise, et in fine au bien être de mes collaborateurs.

    Pour résumer mon cas, depuis que j’ai créé ma société, en 2011, je n’arrive pas à m’affilier au RSI artisan commerçant car depuis mes 17 ans j’exerce à titre tout à fait minoritaire l’activité de moniteur de ski, qui entraine par défaut mon affiliation au RSI Profession Libérale. De cet imbroglio résulte le fait que je ne cotise pas au bon organisme pour la retraite et que, de surcroît, cet organisme refuse de me radier en l’absence de preuve de mon affiliation au Régime des RSI artisan commerçant !! Je pense qu’à ce stade notre regretté Coluche en aurait déjà fait un sketch. J’ai bon espoir que d’ici quelques années cette situation se résolve mais force est de constater que pour défendre ma situation de bonne foi, il n’est pas exclu que je procède par voie de recours judiciaire devant les affaires sociales… ce qui me parait abberant étant donné que je demande simplement à ce que mon statut de gérant de sarl soit normalement couvert par les organismes dont il dépend et de leur payer mes cotisations en conséquence. Dans ce résumé je vous épargne le temps gaspiller sur des standards téléphoniques, le temps consacré à la rédaction de courrier pour refaire l’histoire à des interlocuteurs toujours différents, les divers justificatifs et formulaires à éditer pour démontrer la réalité de mon cas, les appels au banques et différents organismes pour annuler ou corriger les divers commandements d’huissiers adressés sans aucun ménagement et aucune considération etc … car s’il est vrai que ces organismes sont gérés de façon tout à fait absurde, il ne leur en est pas moins confié des pouvoir de procédure absolument exorbitants, exercés de manière tout aussi absurde à la limite du harcèlement et du chantage.

    Mon entreprise ne défraye pas la chronique, nous ne sommes pas une médiatique start- up de la French Tech que vous affectionnée tant… ni une de ces entreprises en crise qui délocalisent et font pousser les drapeaux des syndicats à leurs portails tels des caricatures d’entreprises du XIX Siècle. En revanche je pense que nous reflétons, hélas, la réalité de la majorité des entreprises de notre pays qui perdent encore trop de temps avec leur administratif au détriment de leur développement. Cet état de fait entame le moral des entrepreneurs, affecte la compétitivité de nos entreprise, réduit la confiance dans notre système et remet même en question notre modèle social et sa justice.

    Je vous rassure, les chefs d’entreprise (artisan, TPE, PME) en France ont le cuir tanné, et malgré ces péripéties, nous remettons tous les jours l’ouvrage sur le métier afin d’assurer la pérennité de nos affaires. Il est toutefois trop dommage que cette énergie soit gaspillée en paperasserie et qu’elle ne soit pas suffisamment reconnue voir stimulée.

    Je serai ravi d’apprendre que vous avez pris le temps de considérer mon courrier et j’attends avec impatience vos propositions au regard des problèmes exposés. Je n’ose espérer que vous envisagiez d’échanger avec votre serviteur sur ces sujets, mais si vous passez dans les environs de Grenoble sachez que je vous y attends avec impatience.

    A vous lire,

    Veuillez agréer, Monsieur Fillon, mes sincères salutations.
    Laurent Girardet
    Gérant associé, Beauté Concept Développement

    Comment meta

    code postal: 38240
    • D’accord avec Francois Fillon a 95 pour 100. Bémol sur la dégressivité des allocations chômage ! Grâce à mes deux ans d’ARE j’ai pu finaliser mon projet et démarrer mon entreprise…

      Comment meta

      code postal: 56100
    • Le vrai probleme, cest la concurrence parfaitement inique que nous livrent des pays comme la Chine, qui esclavagisent leurs employés et ne respectent quasiment aucune norme sociale et envirinnrmentale. C’est proprement scandaleux. On a laissé S effondrer des pans entiers de notre industrie au nom du sacro-saint principe de libre échange. Qui aura le courage de restaurer une certaine forme de protectionnisme ??

      Comment meta

      code postal: 75006
  2. Assez d’ accord sur l’ensemble de vos propositions .
    Je voudrai cependant revenir sur l’évolution du code du travail . Les premiers soucis d’un entrepreneur sont de satisfaire ses clients et de d’ arriver à un résultat d’exploitation positif . Il ne peut pas passer son temps à négocier des accords au niveau entreprise , d’autant plus qu’il sera amené à faire des concessions .
    je verrai plutôt un code du travail plus court , plus clair , qui élimine certains points ( par exemple , le monopole au 1er tour des élections professionnelles aux syndicats existant en … 1946 , ou la possibilité de faire auditer l’entreprise aux frais de l’entreprise ) , et qui passe la barre assez haut( dans ce cas , ce sont les syndicats qui demanderont à négocier ) .
    Egalement , changer par la loi le rôle de l’inspection du travail , qui doit d’abord venir en conseil ( sauf si cas avéré de non respect de la réglementation ); les responsables d’entreprise ont quelquefois l’impression d’être considérés comme des assassins ) .

    Changer le ” rapport de force” ne coute rien , facilitera l’esprit d’entreprise et , donc , créera des emplois ;

    Aimé Baudrin
    Ing ECP
    ancien directeur d’usines

    Comment meta

    code postal: 59670
  3. Bonjour Monsieur FILLON,

    Je suis en accord avec certains commentaires postés, notamment en ce qui concerne le rôle de conseil à attribuer à l’inspection du travail et non son rôle répressif, surtout si on tient compte des (é)normes et du droit du travail qui sont un marécage mouvant et complexe. Si complexe qu’il faudrait un temps complet dans chaque PME ou TPE pour s’assurer d’être en conformité minute après minute (j’exagère mais à peine).

    Je tiens à préciser ici que celui ou celle qui aura mon soutien à la primaire sera celui ou celle qui sera à même non seulement de proposer un programme cohérent, ambitieux voire dangereux pour lui ou elle car engageant. C’est celui ou celle qui donnera un cap à sa politique, un cap chiffré en coût, en résultat attendu et en délai.
    Vous pourrez procéder par ordonnance, si vous dites avec précision quelles ordonnances vous prendrez, dans quel but et avec quel objectif.

    Ceci étant dit, concernant les seuils sociaux ou fiscaux, pour ma part, je pense qu’ils sont nécessaire pour catégoriser et apporter du soutien a ceux qui en ont réellement besoin. Or aujourd’hui, nous sommes nombreux à en souffrir. En tant que personne car, si nous gagnons un euro de plus par an que notre voisin, et que cet euro nous fasse franchir un plafond, nous nous voyons alors perdre des avantages parfois considérables, qui amènent dans les faits à une différence de plusieurs centaines voire plusieurs milliers d’euros. Tout cela pour un euro de plus. Il faut que les plafonds aient une dégressivité. Il faudrait également que soient prises en compte dans la balance fiscale toutes les aides perçues, qui sont souvent l’équivalent de salaires puisque versées régulièrement et que plus de Français paient des impôts, certainement de manière symbolique mais au moins pour qu’ils aient la notion que le gratuit n’existe pas, que chacun doit contribuer à son échelle à la solidarité s’il veut pouvoir lui aussi en profiter.

    Pour ce qui est des seuils sociaux, ils sont utiles mais désuets et surtout sans rapport avec la réalité de l’entreprise. Devoir avoir 20% de ses salariés en représentants du personnels c’est une énormité grotesque et qui pourtant est vécue par les entreprises atteignant 50 salariés.
    Par ailleurs, l’économie est de plus en plus volatile, les contrats courts et instables. Or, le calcul est toujours fondé sur une date de franchissement du seuil, pas sur une durée. Aujourd’hui, quel chef d’entreprise peut s’assurer de la pérennité d’un emploi supplémentaire, sur 2 ou 3 ans? Au bout de 3 ans, certainement, le poste est stable et rentable. Il faut intégrer cette dimension de temporalité dans le droit du travail.

    Enfin, on ne décrète pas l’emploi. Il se crée par l’économie et l’entreprise. Vous le rappelez justement. Or, on aura beau débloquer toutes les aides possibles, si une entreprise ne vend pas, elle n’emploie pas. Si elle n’innove pas, elle n’emploie pas. Soutenir la consommation par des incitations fiscales ou des “primes de rentrée scolaire” c’est une chose. Cela aide la grande distribution mais pas les entreprises française puisque la grande majorité des biens achetés est d’origine étrangère. Ne peut-on pas envisager de négocier avec l’Europe une taxe douanière à l’importation et réduire, voire harmoniser la TVA en Europe?

    Enfin, Monsieur FILLON, gouverner c’est prévoir. Aujourd’hui, on a surtout l’impression que gouverner c’est réagir aux événements qu’on aurait pu anticiper mais qu’on s’est efforcé de ne pas voir (mondialisation par exemple, problème des retraites, l’emploi des jeunes et des séniors…). Or, d’ici quelques années, nous aurons à faire face à une mutation du marché du travail des emplois intermédiaires, au moins aussi forte que celle due à la robotisation pour les emplois non qualifiés. Il s’agit de l’émergence de systèmes à intelligence artificielle à même de remplacer les agents de maîtrise voire certains niveaux de cadres. Ne pensez pas que cela soit de la science fiction. C’est déjà là. Lorsqu’on contacte un centre d’appel ou que nous faisons un “chat” avec un “technicien”, ce n’est bien souvent pas une personne qui est en face mais bel et bien un tel système. Il va donc falloir prévoir, anticiper ce phénomène, bien au-delà des querelles partisanes et dogmatiques qui ruinent notre pays. Donc, ma question est simple, pensez-vous faire quelque chose pour aborder ce sujet et si oui, quoi?

    Bien à vous

    Olivier BOISSE

    Comment meta

    code postal: 40280
  4. Demande de précisions ;
    1) Plus de 35 heures .Très bien ! mais comment allez vous créer de l’emploi dans une entreprise, si vous augmenter le temps de travail ?il n’y aura aucune embauche, juste des personnes qui vont travailler plus longtemps ( sur 10 semaines dans une entreprise de 10 personnes , ont passe de 3500 heures à 4000 heures, pour une semaine à 40 heures , donc 500 heures en plus sur 10 semaines, 50 heures en plus par semaine ,mais pas d’embauche, des heures en plus uniquement des heures en plus .Si on supprime carrément les heures supplémentaires, sur cette même entreprises c’est peut être deux ou trois emplois à mi temps .N’oublions pas que les créations d’emploi sont faite par les petites entreprises pas par celle du CAC 40 (qui eux profitent du C.I.C.E.).
    2) Emploi. Bizarre que ce paragraphe ne parle que de chômage ? Dégressivité pour les allocations chômage vous pensez que ces personnes sont contentes d’être au chômage ? Quelle formation allez-vous faire au plus de 50 ans et quel travail vont-ils trouver ? Après deux ans quand un chômeur de 55 ans va être radié il aura quoi le RSA ? Pour la formation il faut la revoir mais pour savoir quoi faire il faut peut être avoir déjà travaillé, recherché un emploi et non pas avoir vécu sur les impôts des Français toute sa vie ou une grande parti de celle-ci .La dégressivité va faire plus de pauvres et c’est tout, et uniquement cela le dumping social est ce que vous prônez ? Faire comme l’Angleterre ou l’Allemagne des contrats d’une heure par semaine ou par moi ? C’est ça pour vous la solution ?
    Par contre avez-vous pensez a la dégressivité pour les politiciens les présidents de la république battus lors d’élections comme les autres politiciens, n’ont pas de dégressivité, mais pour vous cela est normal, vous êtes un politiciens.
    3) Retraites .Remettre le départ à la retraite à 65 ans voire plus ? et pourquoi ne pas taxer plus les politiques que vous êtes si vous travaillez jusqu’à plus de 65 ans c’est que votre travail très grassement payer n’est pas très fatiguant, on le voit réellement sur vos organismes ce serais donc à vous qui cumulez plusieurs postes, preuve que cela n’est très prenant ni même très fatiguant de cotiser plus pour tout ce dont vous profitez sur le dos des travailleurs , travaillez donc un an ou deux dans une entreprise à la chaine ou juste à faire de la manutention de charge lourdes .ce serais plus réel et vous connaitriez la fatigue la vrai saine et réelle et ce serai une bonne formation sur le travail ?
    4) Immigration .Je pense que celle –ci doit être égale à zéro tant que nous avons des chômeurs en France de même les travailleurs détachés doivent aussi être interdit en France, et si l’Europe n’est pas d’accord, on doit alors revoir ces lois qui nous tirent vers le bas.
    Voila l’avis d’un travailleur un vrai et je ne suis pas le seul moi je me lève le matin depuis 1976 pour vous permettre d’avoir un salaire à ne pas faire grand-chose , vos salaires sont plus important que ceux des travailleurs et vu que vous êtes encore en forme à plus de 70 ans pas très usé par le travail , c’est sur vos revenus que nous devons prendre pour nos retraites .De même que les fainéants qui sortent de l’ENA ne doivent pas toucher 8000 euros par mois net sans rien faire est ce a nous d’entretenir ces nigauds ? Est il, normal que vous ayez le droit de cumuler des salaires et des postes ? Si oui c’est donc que ce sont des emplois à mi-temps et donc vos salaires doivent être divisés par deux vous ne devez pas avoir droit a deux retraites mais juste a une seule les autres doivent aller dans les caisses de retraites des ouvriers .vous n’êtes pas des personnes qui aident la France et les Français mais juste des profiteurs, tout je dis bien tout ce que vous faites vous le faites pour vous et vos amis politiques pour toujours avoirs plus sur le dos des autres , si votre travail était fatiguant il vous tarderai l’âge de la retraite , et vous seriez bien plus apte a créer des lois pour régir le monde du travail que aucun d’entre vous ne connaissez .
    Recevez Monsieur, ma désolation la plus grande quand à vos idées et à vos projet j’espère que les Français lirons vos proposition avec la même méfiance que j’ai face aux politiciens qui nous tirent vers le bas.

    Comment meta

    code postal: 33370
  5. Je suis enseignante en école primaire. Je ne compte pas mes heures de travail personnel à préparer mes enseignements au-delà des 35 heures officielles, payée pour un maigre salaire. Je vais donc, parce-que vous souhaitez harmoniser le secteur public, travailler 39 par semaine, en ajoutant toutes les heures de préparation. Je n’ai donc pas de vie familiale, car je n’ai pas pu bénéficier d’un congé parental. Par ailleurs, concernant le système de notation, il a été remplacé au profit d’un système de compétences extrêment efficace, basé sur un pourcentage de réussite sur une compétence. Chaque élève est donc capable de mettre des mots sur sa réussite ou son échec, un système concret qui a pris du temps et qui facilite l’autonomie de l’enfant dans son apprentissage. Par ailleurs, vous proposez de donner du pouvoir de promotion aux directeurs d’école, alors qu’il gerent déjà des fonctions administratives et même une classe. Ils n’ont donc ni la formation ni le temps d’endosser ce rôle, c’est l’inspecteur qui a cette compétence, c’est le centre de son travail. Je suis issue d’une famille de patrons qui ne comptent pas leurs heures et s’investissent passionnément dans leur travail, mais contrairement à mon père imposé à l’isf qui gagne beaucoup d’argent dans la mesure où il contribue à la productivité, ma grande contribution à la productivité est sous-payée alors que dans certains pays la réussite d’une classe fait monter le salaire. Je vais donc devoir quitter ce travail passionnant dans lequel je suis extrêmement performante car je suis mal payée, et ce sont des personnes qui n’auront pas les aptitudes et qui le feront à ma place. Je suis pour la véritable élite, celle qu’on ne voit pas dans les classes mais qui a les compétences pour devenir un Henry Ford, un Rockefeller, mais je ne suis pas l’élitiste de familles qui attendent les résultats scolaires pour inscrire leur enfant dans une grosse école de commerce à débouchés.

    Comment meta

    code postal: 57070
    • Tout a fait d’accord avec vous madame, si on ne rend pas le metier d’enseignant attractif pour les meilleurs, et bien les meilleurs feront autre chose, et nos enfants seront formes par des ignares. Comme dit le vieux dicton africain, si tu veux apprendre a bien chasser, apprends du lion.

      Doit-on encore rappeler que les rapports internationaux montrent que le niveau de competences des francais est tres en dessous de la moyenne occidentale? (Cfr etudes de l’OCED)

      Comment meta

      code postal: 75019
  6. Monsieur Fillon,
    Nous avons besoin d’une vision, puis d’une stratégie pour l’atteindre et de ses conditions de mise en oeuvre. Ensuite vous pouvez détailler les points clés.
    Nous avons certes besoin que l’objectif d’amélioration de la compétitivité soit affirmé mais encore plus besoin que tous les sous-objectifs soient tous énoncés. Focaliser sur les 35h et l’indemnité chômage est réducteur.

    N’oubliez pas que l’exemple doit venir du haut. Commencez par réformer la parlement le sénat pour le nombre, le salaire, le nombre de mandats, les indemnités, le retour à la vie civile, la retraite, le profil des assistants (plus de compétences et moins de famille) (vous devez faire vôtres certaines propositions de nous citoyens en la matière ) , l’âge limite. Supprimez le conseil économique et social qui est avant tout une machine à recaser les copains et les coquins, supprimez toutes ces commissions et agences d’état qui font souvent doublon et qui sont de véritables parachutes dorés pour ceux qui servent le système (politiques, syndicalistes, énarques ).
    Réduisez les coûts de gestion et de collecte en supprimant les RSI en en confiant la gestion à la sécurité sociale bien plus performante.
    Instaurez une loi qui défende à nos parlementaires qui semblent avoir beaucoup de temps de surenchérir sur les lois européennes en créant des usines à gaz pour les français.
    Concernant le chômage, c’est également un problème d’accompagnement. Aujourd’hui les agents ont pour mission d’indemniser, et du chômage dépend leur emploi.
    Il faut par ailleurs faire supporter par la collectivité ce qui doit l’être et non par les entreprises aujourd’hui: le régime des intermittents, le transport comme en IDF,
    Il faut s’attaquer aux financements des partenires sociaux pour qu’ils soient représentatifs de l’ensemble, soient moins politisés et servent l’économie.Il faut limiter le droit de grève et en définir les modalités pour les entreprises en situation de monopole. Leurs actions ne doivent pas impacter un écosystème.Il faut revenir aux objectifs poursuivis par les différents seuils des entreprises pour voir comment les atteindre de manière moins pénalisante pour les entreprises et l’économie.
    Un dernier élément de compétitivité et non des moindres est la fiscalité à minima celles des secteurs stratégiques pour nous (d’où l’importance d’avoir une vision et une stratégie pour la france). Une remise à plat s’impose ainsi qu’une comparaison avec nos concurrents européens par example en matière de services (ça se délocalise aussi!) et de logiciel.
    Plein d’autres points concrets à votre disposition. Mais la liste est trop longue.
    Monsieur Fillon, nous avons également besoin de savoir ce que vous faites de nos commentaires.

    Sana Ronda
    Chef d’entreprise ayant dépassé les seuls fatidiques de 20 et 50 et s’étant appauvri en temps et en argent à chaque passage sans que cela ne bénéficient aux salariés.

    Comment meta

    code postal: 94120
  7. Difficile d’être en accord avec des mesures si dogmatiques.

    Le modèle que vous souhaitez à fait la preuve de son inefficacité et de sa propension à amplifier,en situation de tension économique, les inégalités.

    Une politique laissez-fairiste est tout autant nuisible qu’une politique interventionniste, le modèle français tente depuis longtemps de jongler avec ses particularités en tentant de s’émanciper de ses contraintes en copiant des modèles anglosaxons inadaptés à nos influences matines.
    Pourquoi ne pas chercher un modèle nouveau qui s’affranchisse des clivages?
    -maintien des 35 heures.
    -assurance d’un minimum vital à vie.
    -en cas de CDI, baisse des charges pour 2 ans par reversement de ce minimum au salarié en déduction du salaire versé.
    -répartition de l’impôt par un taux unique et retrait des niches
    -imposition des revenus du capital
    -etc.
    Concernant le syndicalisme, le fait d’obliger à une représentation a la 50 aine d’employés quel que soit leur statut (intérim, CDI, CDD )doit rester pour éviter les abus…

    Pour la fonction publique, il faut arrêter de survendre leurs carences, virer les indécrottables mais arrêter de stigmatiser tout un pan de travailleurs dont la société ne peut pas se passer pour fonctionner.

    Virer 300 000 fonctionnaires ne va générer que plus d’attente et d’usagers mal renseignés…l’état ne peut faire l’économie d’une fonction publique mais assouplir les conditions d’entrée et de sortie, par des contrats de droit privé peut être une piste…

    Bref arrêtez de sortir des recettes toutes faites et proposez des modèles innovants basés sur des travaux d’économistes qui ne sont ni décédés ni grabataires.

    Comment meta

    code postal: 78000
  8. Bonjour Monsieur Fillon,
    Permettez-moi de féliciter votre site qui permet de laisser libre intervention des participants; dans le respect des individus concernés. c’est le cas.
    A la lecture des intervenants, on mesure l’envie de changements profond.
    Si l’on retire les quelques dogmes encore visibles pour certains, il y a un travail de connaissances sociale, Economique, culturelle, comportementale, important à réaliser auprès des Français.Continuer à expliquer que c’est la vison globale de l’ avenir du pays qui implique les solutions que vous proposez.
    Expliquer par exemple que de faire plus d’heures par salarié, permet d’être plus compétitif sur les marchés.En conséquence, cela permet dans un deuxième temps, de créer des emplois. Cela permettra aussi de réformer les emplois qui se seront mécanisés. Quand les emplois quittent la France, ou se robotisent, cela reste le même problème pour le salarié touché. D’où votre formation permanente proposée durant sa vie professionnelle.La encore cela est finançable que si les entreprises ont les moyens de le payer…etc…etc…. Voilà pourquoi , autour de ces deux cas relevés dans le forum, il est important de continuer de détailler par des exemples simples et concret.
    bon courage à vous et vos équipes…en espérant que les Français seront réaliste et ambitieux.
    ….Et de vous retrouver Président en 2017.

    Comment meta

    code postal: 83700
  9. Cher Mr. Fillon, Chers Fillionistes

    Le problème de la compétitivité française ne concernent que les entreprises qui y sont exposées, c’est-à-dire celles qui sont actives à l’international. Le boulanger ou le pharmacien n’ont pas de problème de compétitivité : leurs concurrents sont aussi en France. Les exportateurs, eux, souffrent d’une fiscalité et de charges qui les désavantagent par rapport à leurs concurrents internationaux.

    Il me semble qu’une mesure simple et ciblée pourrait rendre à la France une partie de son attractivité : Celle-ci consisterait à réduire de moitié les impôts sur les profits réalisés à l’étranger (et uniquement à l’étranger !) des entreprises établies en France.

    Cela permettrait de booster notre commerce extérieur, en incitant nos entreprises à se tourner vers l’export tout en améliorant leur compétitivité, et en réduisant leur exposition on dumping fiscal et social de nos voisins. Qui sait, avec une taxation du chiffre réalisé à l’export limitée à 15% , nous pourrions même peut-être devenir suffisamment attractifs pour que les grands groupes étrangers type Google, Uber ou Netflix, actuellement bases à Amsterdam ou Dublin, reviennent chez nous et ceci SANS remettre en cause notre modèle social…

    Nous sommes, et avant toujours été dans une guerre économique contre nos voisins, et j’ai hâte de voir la France en prendre conscience, et sortie de l’idéologie qui nous tue en prenant des mesures économiques pragmatiques pour défendre l’intérêt économique national. Le cadre institutionel européen en matière de fiscalité des entreprises nous échappe totalement. La quete d’harmonisation de l’impot sur les profites des entreprises est louable, mais naïf, et illusoire. La France est le dindon de la farce, pour combien de temps encore ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement

    Jonathan Collings
    Dirigeant d’entreprise.

    Comment meta

    code postal: 75019
    • Monsieur,

      Puisque nous sommes souvent comparés à nos pays voisins en ce qui concerne la productivité, vu le nombre de députés présents à l’Assemblée Nationale lors des séances, pourquoi ne pas en diminuer le nombre ?
      Vous savez si bien le faire pour le personnel dans les Entreprises.
      Salutations
      Annie

      Comment meta

      code postal: 37540
  10. Globalement d’accord avec votre programme. Concernant son financement il serait judicieux sans contrevenir à la règle communautaire d’augmenter la TVA à 25°/° hors produits de premières nécessités. Avantage, plus de 50 milliards d’euros pouvant être utilisés dans l’année, entre autre, pour baisser les charges sociales des PME ( pourvoyeuses principales et prioritaires d’emploi local),baisser les charges des salariés,et ceci sans écorner le pouvoir d’achat de la population défavorisée. On peut aussi rêver à une TVA à 30°/° permettant de supprimer l’impôt sur le revenu,ne le réservant, forfaitaire qu’aux très hauts revenus.
    Quant aux plus fortunés,qu’ils reviennent vite tout dépenser dans notre beau pays.

    Comment meta

    code postal: 40600

Vous aussi, laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Monsieur Fillon,

    Je me permets de vous adresser ce mail car je crois voir en vous une réelle volonté de réformer et faire bouger les lignes dans notre pays qui souffre tellement de sa gangue techno-administrative.

    Vos déclarations, votre volontarisme (affichage ou communication ?) pourraient me séduire à la condition que vous me démontriez ce que vous envisager de faire pour lutter contre la bureaucratie qui pollue le quotidien de nos entreprises, hypothèque leur bonne gestion et pèse si lourdement dans notre budget national. Je pense que l’on en est plus au stade des améliorations ou des modifications marginales du système, il me semble évident que désormais c’est une remise à plat intégrale qu’il faut envisager.

    J’en veux pour preuve ma modeste expérience de chef d’entreprise. Je ne vous demande pas de réponse à mon cas particulier, mais je souhaite en faire une illustration de l’enfer administratif social et fiscal auquel beaucoup trop de vos administrés sont confrontés. Cela en toute connaissance de cause de la part de nos élites, car mon exemple cible en particulier les célèbres « dysfonctionnements » (euphémisme) des régimes sociaux appliqués aux indépendants (RSI, CIPAV, RAM GAMEX etc …) maintes fois épinglés par la cour des comptes. Bref, je veux que vous m’expliquiez en quoi cette myriade d’organismes hors de contrôle censés gérer efficacement les contributions et allocations relatives aux retraites, maladies, allocations familiales etc … des travailleurs indépendants et donc de fait de beaucoup d’entrepreneurs de notre pays, ont su faire la preuve de leur bonne gestion et de leur efficacité à promouvoir le soit disant « modèle social Français ». En ce qui concerne mon propre statut social j’ai l’impression que malgré toute l’énergie que je mets au quotidien à faire tourner mon entreprise (je ne connais pas la semaine de 35h, ni la 5ème semaine de congés payés et la retraite, je ne compte pas trop dessus, c’est un choix et je l’assume), je suis un citoyen de deuxième zone au regard de mes droits sociaux et aux yeux des organismes qui les gèrent. Je peux vous assurer que la centaine de collaborateurs salariés de mon entreprise sont eux préservés de ces difficultés, et je crains fort que si je dois consacrer plus de temps encore au traitement de ma situation sociale personnelle cela ne se fasse malheureusement au détriment du temps que je consacre à la bonne gestion de mon entreprise, et in fine au bien être de mes collaborateurs.

    Pour résumer mon cas, depuis que j’ai créé ma société, en 2011, je n’arrive pas à m’affilier au RSI artisan commerçant car depuis mes 17 ans j’exerce à titre tout à fait minoritaire l’activité de moniteur de ski, qui entraine par défaut mon affiliation au RSI Profession Libérale. De cet imbroglio résulte le fait que je ne cotise pas au bon organisme pour la retraite et que, de surcroît, cet organisme refuse de me radier en l’absence de preuve de mon affiliation au Régime des RSI artisan commerçant !! Je pense qu’à ce stade notre regretté Coluche en aurait déjà fait un sketch. J’ai bon espoir que d’ici quelques années cette situation se résolve mais force est de constater que pour défendre ma situation de bonne foi, il n’est pas exclu que je procède par voie de recours judiciaire devant les affaires sociales… ce qui me parait abberant étant donné que je demande simplement à ce que mon statut de gérant de sarl soit normalement couvert par les organismes dont il dépend et de leur payer mes cotisations en conséquence. Dans ce résumé je vous épargne le temps gaspiller sur des standards téléphoniques, le temps consacré à la rédaction de courrier pour refaire l’histoire à des interlocuteurs toujours différents, les divers justificatifs et formulaires à éditer pour démontrer la réalité de mon cas, les appels au banques et différents organismes pour annuler ou corriger les divers commandements d’huissiers adressés sans aucun ménagement et aucune considération etc … car s’il est vrai que ces organismes sont gérés de façon tout à fait absurde, il ne leur en est pas moins confié des pouvoir de procédure absolument exorbitants, exercés de manière tout aussi absurde à la limite du harcèlement et du chantage.

    Mon entreprise ne défraye pas la chronique, nous ne sommes pas une médiatique start- up de la French Tech que vous affectionnée tant… ni une de ces entreprises en crise qui délocalisent et font pousser les drapeaux des syndicats à leurs portails tels des caricatures d’entreprises du XIX Siècle. En revanche je pense que nous reflétons, hélas, la réalité de la majorité des entreprises de notre pays qui perdent encore trop de temps avec leur administratif au détriment de leur développement. Cet état de fait entame le moral des entrepreneurs, affecte la compétitivité de nos entreprise, réduit la confiance dans notre système et remet même en question notre modèle social et sa justice.

    Je vous rassure, les chefs d’entreprise (artisan, TPE, PME) en France ont le cuir tanné, et malgré ces péripéties, nous remettons tous les jours l’ouvrage sur le métier afin d’assurer la pérennité de nos affaires. Il est toutefois trop dommage que cette énergie soit gaspillée en paperasserie et qu’elle ne soit pas suffisamment reconnue voir stimulée.

    Je serai ravi d’apprendre que vous avez pris le temps de considérer mon courrier et j’attends avec impatience vos propositions au regard des problèmes exposés. Je n’ose espérer que vous envisagiez d’échanger avec votre serviteur sur ces sujets, mais si vous passez dans les environs de Grenoble sachez que je vous y attends avec impatience.

    A vous lire,

    Veuillez agréer, Monsieur Fillon, mes sincères salutations.
    Laurent Girardet
    Gérant associé, Beauté Concept Développement

    Comment meta

    code postal: 38240
    • D’accord avec Francois Fillon a 95 pour 100. Bémol sur la dégressivité des allocations chômage ! Grâce à mes deux ans d’ARE j’ai pu finaliser mon projet et démarrer mon entreprise…

      Comment meta

      code postal: 56100
    • Le vrai probleme, cest la concurrence parfaitement inique que nous livrent des pays comme la Chine, qui esclavagisent leurs employés et ne respectent quasiment aucune norme sociale et envirinnrmentale. C’est proprement scandaleux. On a laissé S effondrer des pans entiers de notre industrie au nom du sacro-saint principe de libre échange. Qui aura le courage de restaurer une certaine forme de protectionnisme ??

      Comment meta

      code postal: 75006
  2. Assez d’ accord sur l’ensemble de vos propositions .
    Je voudrai cependant revenir sur l’évolution du code du travail . Les premiers soucis d’un entrepreneur sont de satisfaire ses clients et de d’ arriver à un résultat d’exploitation positif . Il ne peut pas passer son temps à négocier des accords au niveau entreprise , d’autant plus qu’il sera amené à faire des concessions .
    je verrai plutôt un code du travail plus court , plus clair , qui élimine certains points ( par exemple , le monopole au 1er tour des élections professionnelles aux syndicats existant en … 1946 , ou la possibilité de faire auditer l’entreprise aux frais de l’entreprise ) , et qui passe la barre assez haut( dans ce cas , ce sont les syndicats qui demanderont à négocier ) .
    Egalement , changer par la loi le rôle de l’inspection du travail , qui doit d’abord venir en conseil ( sauf si cas avéré de non respect de la réglementation ); les responsables d’entreprise ont quelquefois l’impression d’être considérés comme des assassins ) .

    Changer le ” rapport de force” ne coute rien , facilitera l’esprit d’entreprise et , donc , créera des emplois ;

    Aimé Baudrin
    Ing ECP
    ancien directeur d’usines

    Comment meta

    code postal: 59670
  3. Bonjour Monsieur FILLON,

    Je suis en accord avec certains commentaires postés, notamment en ce qui concerne le rôle de conseil à attribuer à l’inspection du travail et non son rôle répressif, surtout si on tient compte des (é)normes et du droit du travail qui sont un marécage mouvant et complexe. Si complexe qu’il faudrait un temps complet dans chaque PME ou TPE pour s’assurer d’être en conformité minute après minute (j’exagère mais à peine).

    Je tiens à préciser ici que celui ou celle qui aura mon soutien à la primaire sera celui ou celle qui sera à même non seulement de proposer un programme cohérent, ambitieux voire dangereux pour lui ou elle car engageant. C’est celui ou celle qui donnera un cap à sa politique, un cap chiffré en coût, en résultat attendu et en délai.
    Vous pourrez procéder par ordonnance, si vous dites avec précision quelles ordonnances vous prendrez, dans quel but et avec quel objectif.

    Ceci étant dit, concernant les seuils sociaux ou fiscaux, pour ma part, je pense qu’ils sont nécessaire pour catégoriser et apporter du soutien a ceux qui en ont réellement besoin. Or aujourd’hui, nous sommes nombreux à en souffrir. En tant que personne car, si nous gagnons un euro de plus par an que notre voisin, et que cet euro nous fasse franchir un plafond, nous nous voyons alors perdre des avantages parfois considérables, qui amènent dans les faits à une différence de plusieurs centaines voire plusieurs milliers d’euros. Tout cela pour un euro de plus. Il faut que les plafonds aient une dégressivité. Il faudrait également que soient prises en compte dans la balance fiscale toutes les aides perçues, qui sont souvent l’équivalent de salaires puisque versées régulièrement et que plus de Français paient des impôts, certainement de manière symbolique mais au moins pour qu’ils aient la notion que le gratuit n’existe pas, que chacun doit contribuer à son échelle à la solidarité s’il veut pouvoir lui aussi en profiter.

    Pour ce qui est des seuils sociaux, ils sont utiles mais désuets et surtout sans rapport avec la réalité de l’entreprise. Devoir avoir 20% de ses salariés en représentants du personnels c’est une énormité grotesque et qui pourtant est vécue par les entreprises atteignant 50 salariés.
    Par ailleurs, l’économie est de plus en plus volatile, les contrats courts et instables. Or, le calcul est toujours fondé sur une date de franchissement du seuil, pas sur une durée. Aujourd’hui, quel chef d’entreprise peut s’assurer de la pérennité d’un emploi supplémentaire, sur 2 ou 3 ans? Au bout de 3 ans, certainement, le poste est stable et rentable. Il faut intégrer cette dimension de temporalité dans le droit du travail.

    Enfin, on ne décrète pas l’emploi. Il se crée par l’économie et l’entreprise. Vous le rappelez justement. Or, on aura beau débloquer toutes les aides possibles, si une entreprise ne vend pas, elle n’emploie pas. Si elle n’innove pas, elle n’emploie pas. Soutenir la consommation par des incitations fiscales ou des “primes de rentrée scolaire” c’est une chose. Cela aide la grande distribution mais pas les entreprises française puisque la grande majorité des biens achetés est d’origine étrangère. Ne peut-on pas envisager de négocier avec l’Europe une taxe douanière à l’importation et réduire, voire harmoniser la TVA en Europe?

    Enfin, Monsieur FILLON, gouverner c’est prévoir. Aujourd’hui, on a surtout l’impression que gouverner c’est réagir aux événements qu’on aurait pu anticiper mais qu’on s’est efforcé de ne pas voir (mondialisation par exemple, problème des retraites, l’emploi des jeunes et des séniors…). Or, d’ici quelques années, nous aurons à faire face à une mutation du marché du travail des emplois intermédiaires, au moins aussi forte que celle due à la robotisation pour les emplois non qualifiés. Il s’agit de l’émergence de systèmes à intelligence artificielle à même de remplacer les agents de maîtrise voire certains niveaux de cadres. Ne pensez pas que cela soit de la science fiction. C’est déjà là. Lorsqu’on contacte un centre d’appel ou que nous faisons un “chat” avec un “technicien”, ce n’est bien souvent pas une personne qui est en face mais bel et bien un tel système. Il va donc falloir prévoir, anticiper ce phénomène, bien au-delà des querelles partisanes et dogmatiques qui ruinent notre pays. Donc, ma question est simple, pensez-vous faire quelque chose pour aborder ce sujet et si oui, quoi?

    Bien à vous

    Olivier BOISSE

    Comment meta

    code postal: 40280
  4. Demande de précisions ;
    1) Plus de 35 heures .Très bien ! mais comment allez vous créer de l’emploi dans une entreprise, si vous augmenter le temps de travail ?il n’y aura aucune embauche, juste des personnes qui vont travailler plus longtemps ( sur 10 semaines dans une entreprise de 10 personnes , ont passe de 3500 heures à 4000 heures, pour une semaine à 40 heures , donc 500 heures en plus sur 10 semaines, 50 heures en plus par semaine ,mais pas d’embauche, des heures en plus uniquement des heures en plus .Si on supprime carrément les heures supplémentaires, sur cette même entreprises c’est peut être deux ou trois emplois à mi temps .N’oublions pas que les créations d’emploi sont faite par les petites entreprises pas par celle du CAC 40 (qui eux profitent du C.I.C.E.).
    2) Emploi. Bizarre que ce paragraphe ne parle que de chômage ? Dégressivité pour les allocations chômage vous pensez que ces personnes sont contentes d’être au chômage ? Quelle formation allez-vous faire au plus de 50 ans et quel travail vont-ils trouver ? Après deux ans quand un chômeur de 55 ans va être radié il aura quoi le RSA ? Pour la formation il faut la revoir mais pour savoir quoi faire il faut peut être avoir déjà travaillé, recherché un emploi et non pas avoir vécu sur les impôts des Français toute sa vie ou une grande parti de celle-ci .La dégressivité va faire plus de pauvres et c’est tout, et uniquement cela le dumping social est ce que vous prônez ? Faire comme l’Angleterre ou l’Allemagne des contrats d’une heure par semaine ou par moi ? C’est ça pour vous la solution ?
    Par contre avez-vous pensez a la dégressivité pour les politiciens les présidents de la république battus lors d’élections comme les autres politiciens, n’ont pas de dégressivité, mais pour vous cela est normal, vous êtes un politiciens.
    3) Retraites .Remettre le départ à la retraite à 65 ans voire plus ? et pourquoi ne pas taxer plus les politiques que vous êtes si vous travaillez jusqu’à plus de 65 ans c’est que votre travail très grassement payer n’est pas très fatiguant, on le voit réellement sur vos organismes ce serais donc à vous qui cumulez plusieurs postes, preuve que cela n’est très prenant ni même très fatiguant de cotiser plus pour tout ce dont vous profitez sur le dos des travailleurs , travaillez donc un an ou deux dans une entreprise à la chaine ou juste à faire de la manutention de charge lourdes .ce serais plus réel et vous connaitriez la fatigue la vrai saine et réelle et ce serai une bonne formation sur le travail ?
    4) Immigration .Je pense que celle –ci doit être égale à zéro tant que nous avons des chômeurs en France de même les travailleurs détachés doivent aussi être interdit en France, et si l’Europe n’est pas d’accord, on doit alors revoir ces lois qui nous tirent vers le bas.
    Voila l’avis d’un travailleur un vrai et je ne suis pas le seul moi je me lève le matin depuis 1976 pour vous permettre d’avoir un salaire à ne pas faire grand-chose , vos salaires sont plus important que ceux des travailleurs et vu que vous êtes encore en forme à plus de 70 ans pas très usé par le travail , c’est sur vos revenus que nous devons prendre pour nos retraites .De même que les fainéants qui sortent de l’ENA ne doivent pas toucher 8000 euros par mois net sans rien faire est ce a nous d’entretenir ces nigauds ? Est il, normal que vous ayez le droit de cumuler des salaires et des postes ? Si oui c’est donc que ce sont des emplois à mi-temps et donc vos salaires doivent être divisés par deux vous ne devez pas avoir droit a deux retraites mais juste a une seule les autres doivent aller dans les caisses de retraites des ouvriers .vous n’êtes pas des personnes qui aident la France et les Français mais juste des profiteurs, tout je dis bien tout ce que vous faites vous le faites pour vous et vos amis politiques pour toujours avoirs plus sur le dos des autres , si votre travail était fatiguant il vous tarderai l’âge de la retraite , et vous seriez bien plus apte a créer des lois pour régir le monde du travail que aucun d’entre vous ne connaissez .
    Recevez Monsieur, ma désolation la plus grande quand à vos idées et à vos projet j’espère que les Français lirons vos proposition avec la même méfiance que j’ai face aux politiciens qui nous tirent vers le bas.

    Comment meta

    code postal: 33370
  5. Je suis enseignante en école primaire. Je ne compte pas mes heures de travail personnel à préparer mes enseignements au-delà des 35 heures officielles, payée pour un maigre salaire. Je vais donc, parce-que vous souhaitez harmoniser le secteur public, travailler 39 par semaine, en ajoutant toutes les heures de préparation. Je n’ai donc pas de vie familiale, car je n’ai pas pu bénéficier d’un congé parental. Par ailleurs, concernant le système de notation, il a été remplacé au profit d’un système de compétences extrêment efficace, basé sur un pourcentage de réussite sur une compétence. Chaque élève est donc capable de mettre des mots sur sa réussite ou son échec, un système concret qui a pris du temps et qui facilite l’autonomie de l’enfant dans son apprentissage. Par ailleurs, vous proposez de donner du pouvoir de promotion aux directeurs d’école, alors qu’il gerent déjà des fonctions administratives et même une classe. Ils n’ont donc ni la formation ni le temps d’endosser ce rôle, c’est l’inspecteur qui a cette compétence, c’est le centre de son travail. Je suis issue d’une famille de patrons qui ne comptent pas leurs heures et s’investissent passionnément dans leur travail, mais contrairement à mon père imposé à l’isf qui gagne beaucoup d’argent dans la mesure où il contribue à la productivité, ma grande contribution à la productivité est sous-payée alors que dans certains pays la réussite d’une classe fait monter le salaire. Je vais donc devoir quitter ce travail passionnant dans lequel je suis extrêmement performante car je suis mal payée, et ce sont des personnes qui n’auront pas les aptitudes et qui le feront à ma place. Je suis pour la véritable élite, celle qu’on ne voit pas dans les classes mais qui a les compétences pour devenir un Henry Ford, un Rockefeller, mais je ne suis pas l’élitiste de familles qui attendent les résultats scolaires pour inscrire leur enfant dans une grosse école de commerce à débouchés.

    Comment meta

    code postal: 57070
    • Tout a fait d’accord avec vous madame, si on ne rend pas le metier d’enseignant attractif pour les meilleurs, et bien les meilleurs feront autre chose, et nos enfants seront formes par des ignares. Comme dit le vieux dicton africain, si tu veux apprendre a bien chasser, apprends du lion.

      Doit-on encore rappeler que les rapports internationaux montrent que le niveau de competences des francais est tres en dessous de la moyenne occidentale? (Cfr etudes de l’OCED)

      Comment meta

      code postal: 75019
  6. Monsieur Fillon,
    Nous avons besoin d’une vision, puis d’une stratégie pour l’atteindre et de ses conditions de mise en oeuvre. Ensuite vous pouvez détailler les points clés.
    Nous avons certes besoin que l’objectif d’amélioration de la compétitivité soit affirmé mais encore plus besoin que tous les sous-objectifs soient tous énoncés. Focaliser sur les 35h et l’indemnité chômage est réducteur.

    N’oubliez pas que l’exemple doit venir du haut. Commencez par réformer la parlement le sénat pour le nombre, le salaire, le nombre de mandats, les indemnités, le retour à la vie civile, la retraite, le profil des assistants (plus de compétences et moins de famille) (vous devez faire vôtres certaines propositions de nous citoyens en la matière ) , l’âge limite. Supprimez le conseil économique et social qui est avant tout une machine à recaser les copains et les coquins, supprimez toutes ces commissions et agences d’état qui font souvent doublon et qui sont de véritables parachutes dorés pour ceux qui servent le système (politiques, syndicalistes, énarques ).
    Réduisez les coûts de gestion et de collecte en supprimant les RSI en en confiant la gestion à la sécurité sociale bien plus performante.
    Instaurez une loi qui défende à nos parlementaires qui semblent avoir beaucoup de temps de surenchérir sur les lois européennes en créant des usines à gaz pour les français.
    Concernant le chômage, c’est également un problème d’accompagnement. Aujourd’hui les agents ont pour mission d’indemniser, et du chômage dépend leur emploi.
    Il faut par ailleurs faire supporter par la collectivité ce qui doit l’être et non par les entreprises aujourd’hui: le régime des intermittents, le transport comme en IDF,
    Il faut s’attaquer aux financements des partenires sociaux pour qu’ils soient représentatifs de l’ensemble, soient moins politisés et servent l’économie.Il faut limiter le droit de grève et en définir les modalités pour les entreprises en situation de monopole. Leurs actions ne doivent pas impacter un écosystème.Il faut revenir aux objectifs poursuivis par les différents seuils des entreprises pour voir comment les atteindre de manière moins pénalisante pour les entreprises et l’économie.
    Un dernier élément de compétitivité et non des moindres est la fiscalité à minima celles des secteurs stratégiques pour nous (d’où l’importance d’avoir une vision et une stratégie pour la france). Une remise à plat s’impose ainsi qu’une comparaison avec nos concurrents européens par example en matière de services (ça se délocalise aussi!) et de logiciel.
    Plein d’autres points concrets à votre disposition. Mais la liste est trop longue.
    Monsieur Fillon, nous avons également besoin de savoir ce que vous faites de nos commentaires.

    Sana Ronda
    Chef d’entreprise ayant dépassé les seuls fatidiques de 20 et 50 et s’étant appauvri en temps et en argent à chaque passage sans que cela ne bénéficient aux salariés.

    Comment meta

    code postal: 94120
  7. Difficile d’être en accord avec des mesures si dogmatiques.

    Le modèle que vous souhaitez à fait la preuve de son inefficacité et de sa propension à amplifier,en situation de tension économique, les inégalités.

    Une politique laissez-fairiste est tout autant nuisible qu’une politique interventionniste, le modèle français tente depuis longtemps de jongler avec ses particularités en tentant de s’émanciper de ses contraintes en copiant des modèles anglosaxons inadaptés à nos influences matines.
    Pourquoi ne pas chercher un modèle nouveau qui s’affranchisse des clivages?
    -maintien des 35 heures.
    -assurance d’un minimum vital à vie.
    -en cas de CDI, baisse des charges pour 2 ans par reversement de ce minimum au salarié en déduction du salaire versé.
    -répartition de l’impôt par un taux unique et retrait des niches
    -imposition des revenus du capital
    -etc.
    Concernant le syndicalisme, le fait d’obliger à une représentation a la 50 aine d’employés quel que soit leur statut (intérim, CDI, CDD )doit rester pour éviter les abus…

    Pour la fonction publique, il faut arrêter de survendre leurs carences, virer les indécrottables mais arrêter de stigmatiser tout un pan de travailleurs dont la société ne peut pas se passer pour fonctionner.

    Virer 300 000 fonctionnaires ne va générer que plus d’attente et d’usagers mal renseignés…l’état ne peut faire l’économie d’une fonction publique mais assouplir les conditions d’entrée et de sortie, par des contrats de droit privé peut être une piste…

    Bref arrêtez de sortir des recettes toutes faites et proposez des modèles innovants basés sur des travaux d’économistes qui ne sont ni décédés ni grabataires.

    Comment meta

    code postal: 78000
  8. Bonjour Monsieur Fillon,
    Permettez-moi de féliciter votre site qui permet de laisser libre intervention des participants; dans le respect des individus concernés. c’est le cas.
    A la lecture des intervenants, on mesure l’envie de changements profond.
    Si l’on retire les quelques dogmes encore visibles pour certains, il y a un travail de connaissances sociale, Economique, culturelle, comportementale, important à réaliser auprès des Français.Continuer à expliquer que c’est la vison globale de l’ avenir du pays qui implique les solutions que vous proposez.
    Expliquer par exemple que de faire plus d’heures par salarié, permet d’être plus compétitif sur les marchés.En conséquence, cela permet dans un deuxième temps, de créer des emplois. Cela permettra aussi de réformer les emplois qui se seront mécanisés. Quand les emplois quittent la France, ou se robotisent, cela reste le même problème pour le salarié touché. D’où votre formation permanente proposée durant sa vie professionnelle.La encore cela est finançable que si les entreprises ont les moyens de le payer…etc…etc…. Voilà pourquoi , autour de ces deux cas relevés dans le forum, il est important de continuer de détailler par des exemples simples et concret.
    bon courage à vous et vos équipes…en espérant que les Français seront réaliste et ambitieux.
    ….Et de vous retrouver Président en 2017.

    Comment meta

    code postal: 83700
  9. Cher Mr. Fillon, Chers Fillionistes

    Le problème de la compétitivité française ne concernent que les entreprises qui y sont exposées, c’est-à-dire celles qui sont actives à l’international. Le boulanger ou le pharmacien n’ont pas de problème de compétitivité : leurs concurrents sont aussi en France. Les exportateurs, eux, souffrent d’une fiscalité et de charges qui les désavantagent par rapport à leurs concurrents internationaux.

    Il me semble qu’une mesure simple et ciblée pourrait rendre à la France une partie de son attractivité : Celle-ci consisterait à réduire de moitié les impôts sur les profits réalisés à l’étranger (et uniquement à l’étranger !) des entreprises établies en France.

    Cela permettrait de booster notre commerce extérieur, en incitant nos entreprises à se tourner vers l’export tout en améliorant leur compétitivité, et en réduisant leur exposition on dumping fiscal et social de nos voisins. Qui sait, avec une taxation du chiffre réalisé à l’export limitée à 15% , nous pourrions même peut-être devenir suffisamment attractifs pour que les grands groupes étrangers type Google, Uber ou Netflix, actuellement bases à Amsterdam ou Dublin, reviennent chez nous et ceci SANS remettre en cause notre modèle social…

    Nous sommes, et avant toujours été dans une guerre économique contre nos voisins, et j’ai hâte de voir la France en prendre conscience, et sortie de l’idéologie qui nous tue en prenant des mesures économiques pragmatiques pour défendre l’intérêt économique national. Le cadre institutionel européen en matière de fiscalité des entreprises nous échappe totalement. La quete d’harmonisation de l’impot sur les profites des entreprises est louable, mais naïf, et illusoire. La France est le dindon de la farce, pour combien de temps encore ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement

    Jonathan Collings
    Dirigeant d’entreprise.

    Comment meta

    code postal: 75019
    • Monsieur,

      Puisque nous sommes souvent comparés à nos pays voisins en ce qui concerne la productivité, vu le nombre de députés présents à l’Assemblée Nationale lors des séances, pourquoi ne pas en diminuer le nombre ?
      Vous savez si bien le faire pour le personnel dans les Entreprises.
      Salutations
      Annie

      Comment meta

      code postal: 37540
  10. Globalement d’accord avec votre programme. Concernant son financement il serait judicieux sans contrevenir à la règle communautaire d’augmenter la TVA à 25°/° hors produits de premières nécessités. Avantage, plus de 50 milliards d’euros pouvant être utilisés dans l’année, entre autre, pour baisser les charges sociales des PME ( pourvoyeuses principales et prioritaires d’emploi local),baisser les charges des salariés,et ceci sans écorner le pouvoir d’achat de la population défavorisée. On peut aussi rêver à une TVA à 30°/° permettant de supprimer l’impôt sur le revenu,ne le réservant, forfaitaire qu’aux très hauts revenus.
    Quant aux plus fortunés,qu’ils reviennent vite tout dépenser dans notre beau pays.

    Comment meta

    code postal: 40600

Vous aussi, laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je rejoins
un comité.

Je m'abonne
à la newsletter.

Je fais un
don !