article

« J’ai beaucoup d’admiration pour Emmaüs »

J’ai beaucoup d’admiration pour Emmaüs depuis longtemps. Pas seulement parce que je suis né en 1954, mais parce qu’en fond, j’ai assisté et accompagné mes parents qui étaient parmi les créateurs d’Emmaüs au Mans. C’est une association qui fait un travail d’insertion remarquable dans un contexte social qui est très difficile dans notre pays.

La grande pauvreté, c’est pas un petit nombre de personnes : c’est aujourd’hui près de 9 millions de Français qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Tous ceux qui se pressent pour défendre le modèle social français devraient réfléchir.

Quand on a presque 6 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres, et que ces chiffres continuent d’augmenter, notamment s’agissant de la pauvreté, on ne peut pas parler d’un modèle social qui fonctionne. Et on ne peut pas camper sur des positions conservatrices qui sont celles d’une grande partie de ceux qui aujourd’hui dirigent notre pays.

Moi, je veux changer les choses. La première cause de la grande pauvreté, c’est le chômage. Et c’est la raison pour laquelle j’ai un programme économique qui est un programme radical et que je mettrai en œuvre si les Français me font confiance parce que c’est en réduisant le chômage, et pas en mettant les gens en stage comme c’est le cas aujourd’hui, mais en réduisant vraiment le chômage que l’on peut lutter contre la grande pauvreté.

Mais cela ne suffira pas. Il faut aussi accompagner les associations, les acteurs de terrain qui aident à l’insertion. C’est la raison pour laquelle j’ai prévu dans mon programme une grande loi de programmation pluriannuelle pour assurer à toutes les structures comme Emmaüs des financements pérennes, des financements stables et des financements plus importants que ceux d’aujourd’hui parce que ces associations permettent de réduire la pauvreté. Et elles le font non pas en proposant de l’assistanat, mais en proposant une véritable démarche d’insertion.

C’est l’objet de ma visite aujourd’hui parce que la lutte contre la grande pauvreté, ce sera l’une des priorités essentielles de mon action si les Français me font confiance.

Pour mettre fin à l’intox, je partage !

Partager cette pagePartagerTweeterPartager