Force Républicaine

Pénélope Fillon, Interview

Qui êtes-vous ? Présentez-vous en quelques mots.

Britannique d’origine, je me suis installée en France il y a plus de 30 ans. J’ai poursuivi des études littéraires puis des études de droit en Angleterre après quoi je suis devenue avocate mais je n’ai pas exercé. Après mon mariage, je suis venue vivre à la campagne en France. J’ai cinq enfants, une fille et quatre fils, et trois petits- enfants. Depuis quinze ans je passe mon temps entre Paris et la Sarthe où je suis conseillère municipale de notre village.

Qu’est-ce que vous ne supportez plus ?

L’invasion de la vie par le numérique m’inquiète beaucoup. J’ai l’impression que sous prétexte de vouloir rapprocher les gens, les moyens de communication numériques sont paradoxalement devenus des facteurs de séparation qui détériorent la cohésion et le partage entre les gens. Cela m’inquiète particulièrement pour les enfants qui ont grandi dans ce contexte. Sinon, je suis inquiète de voir se dégrader la situation matérielle des gens. J’ai le sentiment que ces difficultés économiques sont aussi à l’origine d’une tendance à l’individualisme de plus en plus marquée, ce qui est compréhensible. Cela amène une certaine dureté dans la société, avec moins d’entraide, de générosité.

Si vous étiez une femme politique, que feriez-vous pour changer les choses ?

Je chercherais à intervenir pour essayer de faire en sorte que l’économie s’améliore pour faire baisser le chômage. Je m’engagerais au service de la justice sociale. En parallèle de ce combat économique, je déploierais beaucoup d’efforts dans le domaine de l’éducation afin que chaque enfant soit assuré d’avoir les connaissances de base qui lui permettraient de s’assurer un bel avenir.

Que pensez-vous de la situation des femmes dans la société d’aujourd’hui ?

La situation a évolué. Globalement, les femmes sont de mieux en mieux considérées. Elles sont mieux représentées dans le monde professionnel et peuvent participer de manière plus active à la vie de la société. Mais je crois aussi qu’il reste beaucoup à faire. En effet, souvent la charge de travail des femmes est double du fait du cumul de leur activité professionnelle et de leur statut de mère. D’une certaine manière, elles ont deux emplois. Il est donc indispensable pour aider ces femmes d’accentuer les efforts en matière d’aménagement du travail (mi-temps, travail à distance) et de prise en compte de leur responsabilités familiales.

Un rêve pour la France ?

Que les gens se sentent bien dans leur peau et surtout que les jeunes retrouvent une joie de vivre. Beaucoup de jeunes sont sceptiques, malheureux, désespérés, ce qui est insupportable. Mon rêve serait que la société française puisse mettre sa jeunesse en situation d’avoir confiance en l’avenir.

Et pour finir, si vous le permettez, j’aimerais poser une question à la femme britannique ?
Quelle est votre opinion à propos du Brexit ?

J’ai été profondément déçue. Je ne sais pas si tout le monde a compris les conséquences de ce vote. Je crois qu’il s’agit plus d’un vote de contestation que d’une véritable envie de quitter l’Union européenne. J’attends de voir comment le gouvernement britannique va trouver les moyens de sortir de l’UE sans trop faire de dégâts. J’espère aussi que les britanniques n’auront pas trop à le regretter dans quelques années et que ça ne servira pas d’excuse à d’autres pays. Quels que soient les défauts de l’UE, les pays européens ont intérêt à travailler ensemble dans la limite du respect de leur souveraineté. S’il pouvait ressortir un jour une chose positive de ce Brexit c’est peut-être la reconnaissance par Bruxelles de la nécessité d’un équilibre entre l’intérêt européen et le désir des nations de préserver leur indépendance.